Aide aux étudiants cartographes en géographie en Polynésie

Bonjour Kai,
Merci pour ton retour. Oui, certains sont peut-être allés un peu trop vite pour quelques éléments et leur travail n’est pas totalement terminé. Des nouveaux îlots qu’ils ont tracé ne font pas encore partis des relations administratives.

Si ils n’ont pas le temps de le faire, je demanderai aux prochains étudiants d’inventorier et de travailler dessus.

Concernant les données des Délimitations des récifs des iles et atolls de Polynésie Française, leur intégration pour les atolls seraient une grande plus-value qualitative au minimum pour tout ce qui est retrouvé dans les lagons (îlots, écueils et récifs), et pour les limites extérieures des récifs.

Bonjour toute (pas de s ?) et tous, @Violaine_Do1 , tu as regardé si Limites de compétence et de rapportage | Limites maritimes contenait les données des atolls ? DATA.SHOM.FR curieusement le plus précis semble le MNT Gebco 2023 !
Je pensais à Limite terre-mer | Géoservices, mais ceci ne concerne que la France Métropolitaine.

Il y a ici quelques problèmes subtils qui ne sont pas la faute des étudiants. Je viens de passer quelques minutes à construire une relation récifale pour Manuae afin que le récif ne s’effondre pas au-dessus des îles. C’est changeset/144153446 si quelqu’un a des commentaires. Il faut attendre patiemment que le rendu du littoral soit traité.

Les îlots nouvellement cartographiés doivent également être ajoutés à plusieurs autres relations. En regardant cela, j’ai remarqué que la relation/6082214 pour l’ensemble de l’atoll de Manuae semble avoir été mal construite depuis la v1. Il a la limite du récif comme membre extérieur, et les îles et le lagon comme membres intérieurs. Ainsi, curieusement, la zone de l’atoll n’est constituée que du récif et non du lagon ou des îles.

Je corrigerais cela aussi, mais la solution n’est pas évidente. Cette relation devrait-elle inclure toute la superficie de l’atoll, y compris le récif, les îles et le lagon ? Ou devrait-il inclure uniquement la superficie des îles ?

Le wiki suggère le premier, et si cela est correct, un way simple suffirait. Mais je m’en remettrais aux pratiques locales. Existe-t-il une bonne façon de résoudre cette relation ?

Localement, on retrouve les deux solutions que tu évoques, mais aussi d’autres pratiques.

Il n’y a parfois pas de relations. J’ai pu voir pour d’autres atolls des récifs construits à l’extérieur des atolls, partageant la ligne de côte, probablement pour éviter de créer une relation.

Cela semble dépendre du choix du contributeur, probablement en fonction de la présence ou de l’absence de passes navigables.

Je préférerais supprimer la relation/6082214 et déplacer les balises vers l’extérieur du récif. Cela simplifie les données et facilite leur maintenance. La relation n’est membre d’aucune autre relation, cela n’affecte donc aucun autre élément.

Des objections?

Aucune ! idéalement, il faudrait généraliser cette méthode à tous les atolls.

Oui objection :slight_smile: la discussion devrait impliquer la communauté pf. Les détails du pourquoi de cette manière de faire : voir mon message long :slight_smile: Et si j’ai raté quelque chose n’hésitez pas!

Bonjour à tous

Sur le sujet des limites admin des TG, je te remercie Damien de proposer que tes étudiants corrige au moins ce qu’ils ont cassé. Il me semblait avoir fait un travail dessus à l’époque mais je ne retrouve pas. Les limites admin c’est une des base de la recherche. Je ne trouve pas personnellement que ce sujet soit minme. Si il y a une priorité à donner, la mienne serait celle la. Après c’est pas simple, loin de la (voir la suite de ce message).

A propos des atolls :
J’en profite pour

Je trouve qu’on est cohérent avec les questionnements. Un atoll est pour faire un raccourci une ile immergée. D’ou l’idée de dessiner l’« ile » avec le tag natural=reef, le lagon avec natural=water+water=lagoon et les terres émergées avec le tag coastline. (a minima) Ensuite de mettre l’ensemble dans une relation atoll. (voir le wiki). Malheureusement la manière actuelle étendue à tous les TG n’est pas celle la. Je pense qu’il faut se mettre daccord sur une manière de faire, donc je vous propose de commenter sur la page wiki tagging guidelines de Polynésie française. Je reventilerai le sujet le cas échéant sur la liste polynésienne.

Ensuite pour le SHOM et toutes les sources nationales, on n’a pas cette chance d’être inclus souvent dans les campagnes nationales. Par contre oui on connait bien, on l’a même référencé dans le wiki :wink: Pour le gebco on attend un passage d’une campagne bathy fin dcembre début janvier. On devrait récupérer les résultats dans le gebco dans l’année qui suit. Après le trait de côte ya une histoire de marée, certes qui est minime dans la plupart des iles de Pf, mais dans certaines moins. D’ou ma petite réticence pour le faire avec l’imagerie sat’. En plus on sait que certains bancs bougent alors est ce bien pertinent ?

Dernier point, a propos du rendu, il a tendance à bugger et/ou mettre du temps à générer à ces niveaux de zoom.

A bientôt

D’accord! Je n’apporterai pas ces modifications tant que la méthode de cartographie n’aura pas été convenue et documentée dans le wiki.

1 Like

Bonjour Kai, bonjour Violaine,

Pour Manuae, il y a actuellement deux récifs, l’un porté par la relation, l’autre par l’outer de la relation.
Pour Motu One, je vois qu’on a modifié la relation que j’avais créé, maintenant c’est l’outer qui porte l’attribut dans la relation de l’atoll. Idem pour Mopelia, ça conduit à la superposition du récif sur l’ensemble des membres de la relation.

Je vois que vous êtes tous les deux dessus du coup je préfère patienter mais le + simple c’est peut-être de caler un nouveau polygone sur les limites extérieurs du récif et de créer une relation récif qui ne définira que les rôles entre le polygone et les membres inner.

Bonjour Damien, Violaine et à tous !

Je vois qu’il existe différentes manières de cartographier les éléments des atolls. Il serait peut-être bon de parvenir à un accord entre les cartographes actifs.

J’avais essayé de cartographier Manaue en suivant le modèle des données des Délimitations des récifs des iles et atolls de Polynésie Française. J’ai pris les données et ajouté de la couleur pour illustrer les composants.

Le récif en blanc. Les données ont cela comme une relation multipolygone:

Les îles en vert. Les données les présentent sous forme de polygone fermé individuel:

Le lagon en bleu. Les données présentent cela comme un seul polygone fermée:

L’ensemble de l’atoll en orange. C’est mon interprétation, en appliquant la balise natural=atoll au polygone extérieure du récif:

J’aime savoir si c’est la manière préférée de cartographier l’atoll dans OSM ou s’il existe de meilleures alternatives.

Bonjour Kai,

C’est la solution que l’on retrouve majoritairement, par contre, il y aura des cas de figures un peu particulier à appréhender.

Je pense notamment aux récifs frangeants à l’intérieur des lagons comme à Mataiva, comme à Maupiti, comme à Motu One.

Si l’on suit les Délimitations des récifs des iles et atolls de Polynésie Française, il faudrait délimiter ces récifs frangeants à l’intérieur des lagons. Hors, en les incluant dans une relation récif, le polygone lagon se superposerait.

On se retrouverait donc avec deux techniques différentes pour dessiner les récifs :

  • Une relation pour le récif extérieur.
  • de simples polygones sans relation pour les récifs frangeants intérieurs.

Entièrement d’accord sur le fait de parvenir à un accord. Une fois déterminé, je pourrai demander aux étudiants de suivre la procédure que l’on aurait défini.

Bonjour Damien,

C’est un très bon point. C’est une bonne approche de cartographier les fragments de récif à l’intérieur du lagon comme de polygones séparés qui ne font pas partie de la relation du récif. Dans les données des Délimitations, Motu One en est un bon exemple.

Mataiva dans les données des Délimitations est très complexe. Suivre les données suffit, mais il y a peut-être des moyens plus simples de cartographier les éléments dans OSM. En général, c’est OK si le lagon se superpose le récif. Ce que on veut éviter, c’est que le récif se superpose les îles.

Il existe plus de 400 atolls dans le monde (même si beaucoup d’entre eux se trouvent en Polynésie française). J’ai jeté un œil à la manière dont certains atolls d’autres régions ont été cartographiés dans OSM.

En général, la structure des îles et du récif est telle que nous l’avons décrite. Toutefois, le lagon n’est pas cartographié comme un élément distinct à moins qu’il ne soit entièrement enfermé.

Étrangement, il ne semble pas courant d’utiliser les balises natural=atoll ou place=atoll. Là où j’ai trouvé ces balises, l’utilisation la plus courante était, comme nous l’avons décrit, sur un polygone entourant tout l’atoll.

Ce ne sont là que des observations issues d’une brève enquête, pour ne pas dire que c’est la bonne façon de faire les choses.

Il est possible d’utiliser la carte de chaleur Strava pour détecter et ajouter des chemins manquants dans OSM. Je viens d’ajouter un défi MapRoulette pour la Polynésie.

Vous pouvez aider à compléter les données OSM de Polynésie Française en allant sur la page Polynésie française : Chemins potentiellement manquants, selon la carte de chaleur Strava.