CADASTRE : partenariat avec Google

Pour ceux qui n’avaient pas vu l’information du partenariat Google / cadastre en particulier pour les piscine

Apparemment, cela doit être d’ampleur et en particulier également au-delà de ce qui est annoncé sur le volet graphique.
Pour l’instant quelques départements sont concernés.

La grande inconnue est : aurons-nous encore accès aux données numérisées par Google ?

Pour faire pas mal de cadastre, on les repère bien les piscines non déclarées…

Mais vraiment, choisir Google pour traquer les fraudeurs alors que c’est sûrement le plus gros de tous avec Microsoft and co’

Ce qui me choque plus, c’est que c’est vraiment pas un sujet complexe à traiter.

Il y a quantité de modèles d’IA entraînés utilisables pour faire la segmentation des images aériennes et du coup détecter les piscines, cours de tennis ou bâtiments.

Ensuite la comparaison avec les données du cadastre n’a rien de complexe, un coup de postgis et hop.

Plutôt que d’acquérir une compétence, on externalise une fois de plus et avec un acteur très discutable en matière fiscale !

Le plus étonnant, c’est qu’il y a eu plusieurs projets à la thématique assez proche qui ont été financés ces dernières années, justement pour monter en compétence IA. Je pense à un projet du conservatoire du littoral, pour détecter les constructions illégales par IA sur les photos aériennes…

7 Likes

C’est ce que le co-président du CNLL appelle la « corruption des esprits »
https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/comptes-rendus/souvnum/l15souvnum2021080_compte-rendu#

L’éternel problème du poids de la communication citoyenne Vs le lobby de grosses entreprises. Rajoutons à cela l’inculture numérique et de ses enjeux politiques …

D’ailleurs, j’avais lu sur un des CR/CA que le lobbying openstreetmap/fr était envisagé, des idées ?

C’est vrai que plutôt que de se baser sur Google, pourquoi ils n’ont pas pris IGN ? On a pourtant des photographies aériennes et en plus bien calées.

Il n’est pas question ici d’utiliser Google Maps, car je pense que c’est juste la partie algo qui est fournie par Google.
Pour les photos aériennes, il y a fort à parier que ce sont celles de l’IGN qui seront traitées par les algos.

Enfin… j’espère, sinon c’est encore pire que ce que j’imaginais !

Google ne fait pas de prises de vues, il les fait faire sur certaines grandes villes pour avoir du multi-angle, mais sur les zones rurales, ils doivent désormais économiser en utilisant celles en opendata.

Il n’y a que pour Google Street View, qu’il font une bonne part de prise de vues eux-même (et pas tout).

A priori des échanges que j’ai eu c’est la solution qui semble être déployée.

Comme le dit @cquest on externalise (avec un évadé fiscal) au lieu de monter en compétence. Pourtant le projet aurait pu être financé grâce aux requêtes fiscales attendues plutôt que de continuer à se tourner vers les sociétés américaines. Les ministères n’avancent décidément pas dans la bonne direction.

@Bristow je plussoie. C’est dingue le nombre de piscines (et un peu moins de bâtiments) qu’on voit et qui ne sont pas sur le cadastre. L’imagerie aérienne est peut-être plus récente que le cadastre, mais il doit malgré tout avoir un bonne proportion de non déclaré.

Le cadastre reste public non ? Même s’il est complété par un traitement automatisé Google sur la base d’images IGN. De toute manière il devrait y avoir une constatation des agents du cadastre. Et potentiellement des mesures fiscales ou légales (sur les zones non constructibles) mais c’est un autre sujet. Tout ça ne devrait pas changer son statut ou bien je suis naïf ?

Sur le choix du partenariat, l’article précise qu’il s’est fait sur appel d’offre.
Question d’image, d’autres n’ont peut être pas souhaité être associés à cette application :smirk:

Les piscines hors sol n’ont pas à être déclarées dans mes souvenirs.
J’ai jamais vu la différence sur les orthophotos.

J’ai l’impression de bien faire la différence, si tout le pourtour est terrassé ou s’il ne l’est pas, ça donne une bonne indication déjà.

En réalité oui. Pourquoi, parce que les déclarations permettent aux service d’état de recalculer la valeur du bien et de fait d’actualiser le foncier bâti.

Y’a rien qui va dans le torchon de France Info:

  • « les images satellites de Google » ça n’existe pas vraiment. Google se fournit partout (en achetant des images aux fournisseurs commerciaux, en piochant dans les images en libre accès des agences spatiales, dans l’open data des collectivités, etc.)
  • il n’y a pas ni « partenariat » ni « alliance » Google/DGFiP. La direction des impôts a publié un appel d’offres, c’est une ESN française qui l’a gagné (CapGemini) et ils utilisent GCP avec la suite d’outils Google associée. Tout ça vient d’un titre putaclic du Canard enchaîné (parce que « le Fisc s’allie avec Google » c’est plus vendeur que « le Fisc attribue un contrat à Cap »).

Le Figaro a traité cette actu un peu mieux:

Cette association entre le Fisc et le géant américain est en réalité le résultat d’une sous-traitance de la société de conseil Capgemini, consultée par l’administration dans le cadre du projet «Foncier innovant».

«En réalité, Google n’est qu’une brique du logiciel développé par Capgemini. Le géant américain est utilisé pour son Machine Learning as a Service (MLaaS)»

Ah oui, CapGémini dans la danse, c’est plus habituel… je voyais mal Google répondre à un marché public de ce type.

CapGé… nous montre un bel exemple de souveraineté :wink:

Le Canard peut être un peu aidé par quelques syndicats…

Ce qui m’a pas mal étonné c’est le nombre de reprises dans d’autres médias (y compris aux JT de France Télévision).

Tu viens de trouver un contrevenant malgré lui !
Postule aux impôts :grin:

bonjour,

Je ne sais pas si google fait lui même ses prises de vues toujours est-il qu’ils ont une longueur d’avance par rapport à l’IGN en matière de résolution et d’actualité : ils fournissaient des ortho à 20cm alors que l’IGN était encore à 50cm et je crois même avoir vu des zones encore plus précises actuellement, mais surtout ils ont (et cela est verifiable) toujours des orthophotos bien plus récentes.