Carte géographie et histoire (espace et temps)

Bonjour,

passionné d’Histoire et notamment des civilisations et des peuples, je trouve mon bonheur par les innombrables informations que l’on peut trouver sur internet et notamment, bien sûr, sur wikipedia. Une des composantes essentiellement de ce type d’histoire (contrairement à l’histoire de la médecine par exemple) est la géographie. C’est pourquoi je crée ce ticket, sur le site d’un projet libre, novateur et communautaire en matière de carte, afin de proposer ou plutôt de partager une idée mêlant histoire et géographie, l’espace-temps de notre Histoire à tous.

Les deux disciplines histoire et géographie sont des disciplines littéraires dans lesquelles des auteurs explicitent leur savoir à travers de longs textes permettant d’appréhender les évolutions spatiales, temporelles et leur relations l’une à l’autre. Une carte est un support d’information spacial (je ne vous apprends rien j’en suis sûr et ce n’est pas le but) et une frise chronologique est un support d’information temporel : ces deux supports ont vocation à résumer ou bien à donner une forme de sommaire aux informations connus sur une région ou une période.
Bon, il est vrai que ma “tentative d’argumentation”, afin de vous inviter à comprendre ma démarche, est maladroite.

J’en viens à l’essentiel de ce billet. J’imagine un support numérique composé d’une carte et d’une frise chronologique, sur lesquelles nous pourrions naviguer pour explorer à la fois la géographie et l’histoire. À la combinaison d’un lieu et d’une date, ou plus largement d’un territoire et d’une période, nous aurions affaire à un événement tel que par exemple “Naissance de Rome”, “Division des territoires à la mort de Charlemagne”, “Construction de notre Dame de Paris”. Ses événements renverraient alors l’explorateur (l’utilisateur) vers les informations des historiens et géographes et sociologue et archéologue…et notamment vers wikipedia, incontournable selon moi.

Bien sûr, cela nécessiterait l’affichage d’une carte paramétrée en fonction de la date/période choisie et je suis conscient du très grand nombre de contraintes techniques qu’il faudrait alors dépasser notamment par l’effet multiplicateur de ce paramétrage.

J’ai dessiné un petit croquis sur le fichier joins : http://trac.openstreetmap.fr/attachment/ticket/173/DSC_0054mod.jpg

En espérant avoir un retour tant sur le projet que sur sa réalisation.
Je vous souhaite une bonne journée.
Freeroot

1 Like

Bonjour,

L’idée me trotte également en tête depuis plus d’un an.
Ça me semble effectivement une excellente idée. J’aurais aimé avoir un tel support quand j’étais à l’école. Pouvoir naviguer dans le temps et dans l’espace, visualiser l’évolution d’informations historiques et géographiques en quelques clics, etc Quoi de mieux pour apprendre ?

Voilà, mon post n’est pas très utile en soi et s’apparente surtout à un +1. Je ne connais pas grand chose à OSM malheureusement, je manque cruellement de temps pour développer un tel site mais je serais prêt à participer à un tel projet, en fournissant l’hébergement, l’administration système et un peu de code si ça se fait en python/django/rails.

Julien

Bonsoir,

Je suis encore plus désolé que Julien car je suis bien incapable de participer au montage de cette idée qui me semble excellente pour les généalogistes.
Éventuellement je pourrais servir de testeur mais guère plus.

Amitiés


Yannick

Bonjour Taziden et Yannig,

J’ai longtemps hésité à proposer cette idée mais je vois qu’elle fait écho et qu’elle est même partagée. Je présume que nous ne sommes pas les seuls à y trouver un intérêt. D’ailleurs, que voulez-vous dire Yannig par “pour les généalogistes” ? Merci aussi Taziden pour ta volonté d’implication.

Je n’ai moi non plus aucune connaissance d’OSM et ma programmation s’arrête pour le moment à la construction automatique de site web (html, sql, php).

Néanmoins, je ne pense pas qu’il faille abandonner l’idée devant la lourdeur effective de la tâche et je pense que nous pourrions y réfléchir plus précisément, dans un premier temps ensemble tous les 3 et avec ceux qui souhaiteraient nous rejoindre (comment leur faire connaître cette idée ?), d’un point de vue technique certes mais aussi ergonomique, conceptuel et les différentes plateforme qui pourrait y être intéressé en plus d’OSM. Qu’en pensez-vous ?

C’est trivial mais toutes les bonnes volontés sont bonnes à prendre, ne nous excluons pas trop rapidement par manque de compétence technique^^.

Cordialement,
Freeroot

L’histoire m’intéresse aussi et quelques données historiques ne peuvent pas faire de mal dans OSM si elles ne sont pas ambigües et ne peuvent être confondues avec des données actuelles.

De quand date tel bâtiment, telle rue, tel square ? Quel étaient l’ancien nom ? Et ce nom à quoi correspond-il ?

Je m’efforce de reporter ces informations dans ma ville avec les tags adaptés: start_date, old_name

Pour des explications sur un nom, j’ai commencé à utiliser le tag wikipedia:name pour un objet OSM non pas à l’article wikipédia décrivant cet objet mais son nom. Exemple: “Place du Maréchal Juin” → wikipedia:name=fr:Alphonse Juin

A terme je compte réaliser un site à vocation historique pour ma ville (St Maur des Fossés), avant de m’attaquer à un chantier d’une autre dimension (mais proche): Paris !

Bonjour Cquest,

Je comprends tout à fait votre démarche et je ne peux que l’encourager. Mais l’idée n’est pas de faire à constat historique/géographique de ce qu’il y a en ce moment présent mais bien de naviguer dans l’espace et le temps. Je m’explique.

La place du Maréchal Juin que vous prenez pour exemple est une place actuelle : elle est donc sur la carte d’OSM qui fait état des lieux de la géographie présente. Elle a naturellement une date/époque de construction et c’est ce que vous renseigner grâce à vos tags.

Mais qu’avait-il avant cette place en ce même lieu ? Une autre place de configuration équivalente ? Un bâtiment ? Un champ ? Et encore avant, qui avait-il ? L’idée est justement de le renseigner. Le problème que cela pose est qu’il y a alors à un moment (avant la construction) une carte ne disposant pas de cette place, voilà pourquoi nous parlons de navigation à travers le temps et l’espace, afin d’afficher les informations géographiques selon les époques et bien sur des liens pour plus de renseignements. Certaines cartes sont obsolètes, l’idée est de de se dire que certaines cartes sont trop récentes pour étudier convenablement l’histoire d’une période.

Je vois que vous connaissez l’utilisation des tags sous OSM. Est-ce que vous pensez que cela pourrait être une piste techniques pour ce genre de cartes ? On pourrait imaginer des tags n’apparaissant qu’à une certaine époque renseignée. Qu’en pensez-vous ?

Cordialement,
Freeroot

J’ai bien compris les démarches différentes, c’était juste pour partager plus globalement sur le sujet des informations historiques.

Certaines ont déjà leur place dans OSM lorsqu’elles sont attachées à des objets encore existants.

Pour celles décrivant des objets n’existant plus, il y a matière à réflexion. Il m’arrive de mapper des voies ferrées n’existant plus, que l’on ne peut plus voir sur le terrain mais que l’on distingue encore sur les images aériennes.

Le principal soucis est de bien choisir les tags pour ne pas confondre objets du passé et objets du présent. C’est le minimum pour ne pas gêner les utilisateurs de données et je pense qu’on ne pourra malheureusement pas aller bien loi sans faire grincer pas mal de dents avec des données que beaucoup jugeront “obsolètes”.

Le système de tags d’OSM risque aussi de poser pas mal de problèmes car il est limité dans ses dimensions… comment indiquer par exemple les différents noms successifs d’un lieu comme une ville ou un village ? name pour le nom actuel, old_name pour le précédent, mais depuis quand ? et quand il y en a eu plus que deux comment fait-on ?

On trouvera toujours un moyen de décrire ces infos avec une notation adaptée, par exemple:
name=Saint-Maur-des-Fossés
name[1789:1793]=Vivant-sur-Marne (oui, les révolutionnaires avaient de l’humour)

ou bien :
name=Joinville-le-Pont
name[1790:1831]=Branche-du-Pont-de-Saint-Maur

ou encore pour un bâtiment qui a servit de tribunal jusqu’en 1910, pour devenir aujourd’hui un magasin de chaussure (c’est au coin de ma rue*) :
shop=shoes
shop[:1916]=no
amenity[1905:1916]=court_house

Ensuite il faut pouvoir exploiter ces informations dans une base de données qui aura une dimension temporelle en plus de la dimension topographique et sémantique. Les versions actuelles des outils (je pense à osm2pgsql et Mapnik) ne sont pas prévus pour cela, mais cela n’a rien d’impossible.

Un filtrage pourrait être fait pour éliminer toute information temporelle pour ceux qui n’en ont pas l’utilité, exactement comme certains éliminent de leur bases les informations sans intérêt pour eux mais présentes dans OSM (quelqu’un a parlé du bâti ?).

Bonjour,

J’ai justement posté un ticket sur un forum d’OSM hier soir, qui pourrait rejoindre l’idée développée par l’initiateur du sujet évoqué ici. Mon projet est
en effet de faire travailler un groupe de mes élèves sur un projet de cartographie d’une partie du Chemin des Dames pendant la Première Guerre mondiale, à
partir de cartes (cartes d’état-major d’avant 1914, cartes des réseaux de tranchées, etc.), de photographies aériennes. Le but est de restituer le réseau routier, les agglomérations, le réseau hydrographique et surtout le réseau des tranchées de cette époque. Concrètement, cela permettrait sinon de pouvoir se promener sur les sites actuels, en repérant les traces du passé (les endroits où, par ex., étaient les tranchées, parfois fossilisées aujourd’hui), au moins de pouvoir comparer sur carte la situation actuelle à la situation largement antérieure à aujourd’hui.
À terme, j’envisage un élargissement progressif à un secteur plus large, pour apprécier l’évolution des paysages (couvert végétal, etc.), des agglomérations, etc.

Je pense que cela peut être réalisé avec JOSM (peut-être pas avec Potlach, mais on le dira), si j’en juge par les cartes spécifiques que l’on peut trouver. Toutefois, débutant que je suis, les quelques heures passées hier sur ce logiciel ne m’ont pas permis d’aboutir à une réponse. Si quelqu’un a une réponse, j’en serais fort heureux.

Merci d’avance et à bientôt,
Frédéric

En cherchant, j’ai trouvé cette cartographie d’Oakland. Il n’y a pas de frise chronologique, mais il est possible d’afficher les cartes du vieil Oakland, une à une. Avantage : ces cartes sont positionnées correctement (orientation, échelle). Défaut (mais qui n’existe peut-être pas : je dois continuer de découvrir le site) : il n’est pas possible d’afficher deux cartes pour percevoir les évolutions (carte du milieu du XIXe s., par ex., et carte actuelle OSM).

Cquest, je pense effectivement qu’au niveau des noms de lieux, d’infrastructures ou bien pour mettre des liens vers des informations type wikipedia, les tags de cette nature, paramétré selon des dates formant des périodes sont une très bonne solution. Les éléments des cartes devrait alors aussi être paramétré selon des dates afin de pouvoir afficher la carte relativement à la date choisie : par exemple, aucun rail ne serait alors visible sur des cartes montrant les périodes moyenâgeuses.

Après quelques recherches, je me dis qu’il serait plus précis d’utiliser les jours pour avoir une précision historique suffisante, en utilisant par exemple les jours juliens qui sont indépendants de tout calendrier avec une forme de fonction/convertisseur permettant la saisie aisé de date selon plusieurs calendrier existant [(28-12-2012;Julien) ou (02-03-1472;Musulman)]. Je vous laisse le lien wikipedien pour vous faire une idée de mon idée^^ http://fr.wikipedia.org/wiki/Jour_julien (Attention à la distinction “jour julien” et “calendrier julien” comme il est dit). Qu’en pensez-vous ?

Vous parlez de dimension typographique et sémantique, de quoi s’agit-il ? Est-ce les deux seules dimension des cartes d’OSM ?

Aussi, vous parlez de filtrage pour afficher ou ne pas afficher les informations historiques. Je pense qu’il faille donner trop de place au présent dans une carte géographique/historique puisque l’idée est justement de pouvoir se concentrer sur une période révolue. C’est pour cela que j’avais imaginé une navigation temporelle que l’on peut distinguer dans l’image que j’ai mis en lien dans le premier post. Qu’en pensez-vous ?

On pourrait par contre imaginer une forme de comparaison entre date, un peu à la manière de l’historique de wikipedia si vous me permettez ce qui pourrait être utile pour comprendre les évolutions et notamment avec le présent pour rendre compte de la possibilité de visiter des lieux par exemple.

Merci pour le lien, il est un très bon exemple concret pour réfléchir au projet.

Cordialement,
Freeroot

Bonjour Fred02840,

Je viens de répondre à Cquest et à vous relire pour vous répondre, je crois avoir pris dans mon discours certaines de vos idées^^.

Les cartes d’Oakland sont très intéressantes malgré les défauts que vous énoncez et que je partage avec vous. L’idée que j’ai posté cherche justement à pouvoir dépasser ces limites même si ça se présente comme une tâche colossale.

Je suis désolé de ne pas pouvoir vous aidé sur le logiciel JOSM que je n’ai jamais utilisé. Il y a un wiki OSM avec un article dédié à JOSM, je vous met le lien vers la section “Les premiers pas” si cela vous intéresse http://wiki.openstreetmap.org/wiki/FR:JOSM#Les_premiers_pas .

Pouvez-vous nous communiquer le lien vers votre post ?

Concernant votre projet de cartographie, pouvez-vous nous présenter l’intérêt pédagogique d’une telle démarche ? Si j’ai bien compris, vous êtes professeur et je devine qu’il y en a un bien réfléchi. D’ailleurs, est-ce qu’une carte géographique/historique pourrait vous apporter quelque chose dans ce projet ? En tant que support de travail, de synthèse, d’exploration préalable ? Pour aller plus loin, imagineriez-vous d’autres applications pédagogiques ? L’utiliseriez-vous par exemple comme support pour vos cours ? Vous parlez d’élargissement progressif, quel est l’idée sous-jacente d’une telle démarche si vous me permettez la question ?

Cordialement,
Freeroot

Bonjour,

J’avance, très petitement, mais j’avance… J’en viens à l’idée de créer une couche de données au-dessus d’OSM, qui porterait les réseaux anciens. Problème : je ne sais pas si cela peut se faire avec JOSM et, le cas échéant, je ne sais pas comment le faire (et ce n’est pas faute de chercher — peut-être pas où il faudrait…). Quelqu’un aurait-il une réponse, quelques liens à me proposer ?
Merci d’avance.

Frédéric

Ok, je ne sais pas comment faire moi non plus. Une petite réponse à mes questions ne serait pas de refus ou alors une fin de non recevoir en bon et dû forme^^. A mon avis vous auriez plus de chance d’être aidé en créant votre propre sujet de discussion sur le forum.

Cordialement,
Freeroot

Bonjour Freeroot,

Je vais commencer par répondre à votre première réaction (je vois qu’il y en a eu une seconde, un peu plus loin), dont je vous remercie…

Oui : en fouinant sur le site francophone, j’ai effectivement trouvé ce tutoriel. Il m’a permis de mieux prendre en main JOSM, mais, pour autant, je n’ai pas pu trouvé une réponse définitive à mon projet. Il est possible de créer un calque (Fichier - Nouveau calque), mais je ne sais pas encore comment introduire des reproductions de plans, cartes et photographies aériennes. Mais j’ai lu qu’il était possible d’utiliser des photographies. Je continue à explorer cette voie.

Pouvez-vous nous communiquer le lien vers votre post ?

Je l’ai reproduit dans ma première intervention, ici, dans ce sujet même.

Concernant votre projet de cartographie, pouvez-vous nous présenter l’intérêt pédagogique d’une telle démarche ? Si j’ai bien compris, vous êtes professeur et je devine qu’il y en a un bien réfléchi. D’ailleurs, est-ce qu’une carte géographique/historique pourrait vous apporter quelque chose dans ce projet ? En tant que support de travail, de synthèse, d’exploration préalable ? Pour aller plus loin, imagineriez-vous d’autres applications pédagogiques ? L’utiliseriez-vous par exemple comme support pour vos cours ? Vous parlez d’élargissement progressif, quel est l’idée sous-jacente d’une telle démarche si vous me permettez la question ?

Je suis effectivement professeur d’histoire-géographie. Il y a deux objectifs principaux :

    • initier les élèves à la réalisation de cartes, à partir d’un outil libre ;


    • leur permettre d’obtenir un résultat leur permettant de percevoir l’évolution d’un territoire donné, à l’échelle d’un siècle.

Le tout doit leur permettre de mieux comprendre le secteur du Chemin des Dames, d’un point de vue géographique mais aussi historique, en dépassant les événements de 1917 à quoi on le réduit trop fréquemment.
L’idée m’est venue en faisant un croquis cartographique (avec une sélection des informations) d’un extrait de la carte d’état-major du secteur, avec l’outil Dessin de LibreOffice. Mais impossible de comparer, sur un même plan, deux vues (mon croquis et la situation actuelle, en l’occurrence), comme on peut le faire avec Geoportail. Je me suis mis dans la tête qu’il devait être possible d’arriver à un résultat satisfaisant avec OSM. J’avais fait un travail similaire avec Google Earth, il y a plusieurs années, mais qui ne m’avait pas satisfait complètement : il s’agissait de découvrir un territoire en suivant un itinéraire prédéfini, en cliquant sur des icônes révélant des photographies, des textes. Mais cela peut être repris avec le projet OSM.
Pour l’instant, le secteur à couvrir se restreint à quelques kilomètres carrés autour du lac de l’Ailette, intégrant les communes périphériques (Chamouille, Martigny-Courpierre, Neuville-sur-Ailette, Cerny-en-Laonnois…). Ultérieurement, on pourrait élargir la couverture à l’ensemble du Chemin des Dames, ce qui serait intéressant avec les villages qui ont complètement disparu, ceux qui ont été déplacés (Craonne, Cerny…). L’intégration de photographies pourront davantage encore faciliter la perception de l’évolution du paysage.
Pour ce qui est des applications pédagogiques, je sais, pour ma part, que je pourrais utiliser ce travail en Première (étude d’un aménagement près du lycée : le cas du Center Parc de l’Ailette) ou en Terminale S (représenter le monde). Mais les programmes des classes du primaire et du collège s’y prêtent également (autour des notions de paysage et milieu ruraux, par exemple).
J’ai oublié de préciser que le travail serait mis à la disposition de chacun…

Je suis bien conscient de l’ambition de ce travail (notamment en ce qui concerne la formation des élèves), mais cela ne m’effraie pas.

À bientôt,
Frédéric

J’attends votre réaction à ma dernière intervention avant de le faire.
Merci encore !

Frédéric

1 Like

Bonjour Fred02840,

“On va pouvoir les classer « Creative commons »…”, j’aime bien cette touche d’esprit :slight_smile:, je voulais seulement rendre à Fred02840 ce qui appartient à Fred02840.

Je vois que vous avez recherché et essayé plusieurs voies pour mener à bien votre projet qui a l’air un peu plus stable qu’une idée balancé sur un forum par un utopiste que je suis. Je vous rejoins totalement sur les objectifs que vous mettez en avant. Je pense que les miens sont, sinon identiques, tout à fait de même nature.

Cela fait deux fois que vous parlez d’élargir la zone d’étude et de travaux. Je dois comprendre que le secteur que vous souhaitez couvrir pour le moment serait comme une phase d’exemple et de test ? Hier, un ami m’a justement suggéré de commencer, de proposer, d’essayer et de voir ce que mon idée pouvait rendre sur un territoire restreint et un temps restreint. Je crois que vos travaux peuvent tout à fait correspondre à cela mais j’avoue ne pas savoir (si vous le voulez bien bien sûr) comment vous soutenir et collaborer avec vous vue ma faiblesse technique. Je vais m’abonner au sujet que vous allez lancer sur la techniques de JOSM, cela me permettra d’apprendre moi aussi comment faire.

Je vais tâcher dans les jours qui viennent de réfléchir plus précisément sur mon idée. Je pourrais vous transmettre mes idées si vous le voulez bien et vous me transmettre les vôtres. Qu’en pensez-vous ? A priori à deux on est mieux que chacun de son côté mais après c’est selon chacun.

Cordialement,
Freeroot

Bonjour Fred02840,

“On va pouvoir les classer « Creative commons »…”, j’aime bien cette touche d’esprit > :slight_smile:> , je voulais seulement rendre à Fred02840 ce qui appartient à Fred02840.

Je vois que vous avez recherché et essayé plusieurs voies pour mener à bien votre projet qui a l’air un peu plus stable qu’une idée balancé sur un forum par un utopiste que je suis. Je vous rejoins totalement sur les objectifs que vous mettez en avant. Je pense que les miens sont, sinon identiques, tout à fait de même nature.

Cela fait deux fois que vous parlez d’élargir la zone d’étude et de travaux. Je dois comprendre que le secteur que vous souhaitez couvrir pour le moment serait comme une phase d’exemple et de test ?

Oui, c’est cela.

Hier, un ami m’a justement suggéré de commencer, de proposer, d’essayer et de voir ce que mon idée pouvait rendre sur un territoire restreint et un temps restreint. Je crois que vos travaux peuvent tout à fait correspondre à cela mais j’avoue ne pas savoir (si vous le voulez bien bien sûr) comment vous soutenir et collaborer avec vous vue ma faiblesse technique. Je vais m’abonner au sujet que vous allez lancer sur la techniques de JOSM, cela me permettra d’apprendre moi aussi comment faire.

Je vais tâcher dans les jours qui viennent de réfléchir plus précisément sur mon idée. Je pourrais vous transmettre mes idées si vous le voulez bien et vous me transmettre les vôtres. Qu’en pensez-vous ? A priori à deux on est mieux que chacun de son côté mais après c’est selon chacun.

Parfait : merci pour cette proposition.
En mangeant (cela arrive…), je réfléchissais à ce projet et à la réponse que je donnais. Et je me disais qu’OSM n’était peut-être pas l’outil le mieux adapté. Je souhaite en effet ajouter une couche (peut-être que le mot « calque » que l’on trouve dans JOSM joue ce rôle : dans ce cas, très bien) pour avoir des données spécifiques (le Chemin des Dames au début du XXe s., par ex.) pouvant se superposer à d’autres couches à la façon du Géoportail. De là, l’idée qu’un SIG serait plus approprié. Mais le problème serait alors que les résultats seraient plus difficiles à mettre à la disposition de tout un chacun. Pas simple…

À bientôt
Frédéric

1 Like

Je ne comprends pas le lien entre l’existence d’un SIG et la difficulté de mise à disposition de tout un chacun. Un SIG n’est-il pas justement là pour facilité en partie l’utilisation ?

Je suis allé voir ce qu’est un SIG sur wikipedia, car à part un cours de géographie/cartographie à la fac, je suis très novice^^.

Je me demande s’il ne faudrait pas “seulement” rajouter une dimension temporel aux objets géographiques d’un SIG avec une variable trivialement appelé “t” ? ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Système_d’information_géographique#Les_objets_g.C3.A9ographiques ) Un SIG prenant en compte cette variable serait donc à développer.

J’ai vu dans l’article http://fr.wikipedia.org/wiki/Système_d’information_géographique#Perspectives une allusion au temps, qui, d’après l’article semble poser beaucoup de soucis de développement. Je vais recherché si des projets ont déjà existé pour en tirer des enseignements et a priori beaucoup de limites. Mais je persévère ^^.

Pour en revenir à JOSM, si les calques sont les mêmes que sur les logiciels de retouches d’images alors on pourrait imaginer un calque 1916, un autre 1917, un autre 1918 et pourquoi pas aller plus en précision en utilisant les jours. Je vais essayer de tester sur le logiciel.

Cordialement,
Freeroot

Mon court exemple était volontairement très simple avec uniquement l’année.
Pour certaines datations, on peut avoir une date précise (voire même l’heure), mais dans bien des cas, le date peut être approximative. Je tiens cela de l’expérience en généalogie où l’on peut avancer à tâton sur une date: avant telle année, puis entre telle et telle année, puis éventuellement entre une année et une date pour peut être un jour arriver sur la date exacte.
Les multiples calendriers sont aussi quelque chose à intégrer (comme en généalogie).

Vous parlez de dimension typographique et sémantique, de quoi s’agit-il ? Est-ce les deux seules dimension des cartes d’OSM ?

TOPOgraphique et pas TYPOgraphique…

Actiellement OSM a 2 “dimensions”:

  • topographique: on localise les objets (position à l’aide d’un unique noeud, ou emprise à l’aide d’un polygone, voire multipolygone)
  • sémantique: on décrit de qu’est cet objet

La dimension temporelle que j’ajouterai permettrait de décrire au moins l’évolution dans le temps des informations sémantiques.
Pour décrire l’évolution topographique, c’est plus complexe et surtout cela va faire apparaitre parfois de nombreux objets OSM (noeuds/way) qui n’ont plus d’existence aujourd’hui… et c’est là je pense que certains vont commencer à râler sur le fait que “ça n’a rien à faire dans OSM”.

Aussi, vous parlez de filtrage pour afficher ou ne pas afficher les informations historiques. Je pense qu’il faille donner trop de place au présent dans une carte géographique/historique puisque l’idée est justement de pouvoir se concentrer sur une période révolue. C’est pour cela que j’avais imaginé une navigation temporelle que l’on peut distinguer dans l’image que j’ai mis en lien dans le premier post. Qu’en pensez-vous ?
On pourrait par contre imaginer une forme de comparaison entre date, un peu à la manière de l’historique de wikipedia si vous me permettez ce qui pourrait être utile pour comprendre les évolutions et notamment avec le présent pour rendre compte de la possibilité de visiter des lieux par exemple.

Merci pour le lien, il est un très bon exemple concret pour réfléchir au projet.

Cordialement,
Freeroot

Ma réflexion ne porte pas du tout sur l’usage ni la présentation qu’on peut faire de ces données, mais seulement sur l’opportunité de les stocker dans OSM (cela ne fera sûrement pas l’unanimité donc autant bien y réfléchir avant de proposer quelque chose) et comment les stocker pour que ça ne vienne par trop se mélanger avec des données du présent.

Je prends le problème par l’autre bout… celui de la base de données OSM.

On peut par contre utiliser toute la chaine d’outils OSM (base de donnée, éditeurs, générateurs de tuiles) de façon totalement déconnectée pour faire un “HistOSM”, où aucune donnée historique ne serait stockée dans OSM, mais je trouverai ça dommage de créer ainsi un mur quasi infranchissable.

Je ne comprends pas le lien entre l’existence d’un SIG et la difficulté de mise à disposition de tout un chacun. Un SIG n’est-il pas justement là pour facilité en partie l’utilisation ?

Ce que je crains avec un SIG, c’est la difficulté de mettre en ligne les données : cela nécessite une interface et une base de données. Mais bon, après tout, beaucoup de sites fonctionnent comme cela, et, si cela se trouve, les SIG offrent peut-être aussi une publication des données (dans le sens de « rendre public »).
Mais, effectivement, un SIG doit faciliter l’utilisation des données et notamment leur lisibilité.

Je suis allé voir ce qu’est un SIG sur wikipedia, car à part un cours de géographie/cartographie à la fac, je suis très novice^^.

Oui, ça me semble tellement évident que j’ai oublié de le préciser. Un SIG est un système d’informations géographiques, autrement dit un programme qui permet d’avoir plusieurs couches de données spatialisées qui peuvent être combinées entre elles (mais au-delà d’un certain nombre, c’est illisible et ça n’a plus de sens). Par ex., une couche topographique avec une couche représentant le couvert végétal. Ex. le site Geoportail (IGN). Le fin du fin est de jouer avec les curseurs pour atténuer une couche de données au profit d’autres : ex. une couche « photographie aérienne » avec une couche topographique.

Je me demande s’il ne faudrait pas “seulement” rajouter une dimension temporel aux objets géographiques d’un SIG avec une variable trivialement appelé “t” ? ( > http://fr.wikipedia.org/wiki/Système_d’information_géographique#Les_objets_g.C3.A9ographiques > ) Un SIG prenant en compte cette variable serait donc à développer.

J’ai vu dans l’article > http://fr.wikipedia.org/wiki/Système_d’information_géographique#Perspectives > une allusion au temps, qui, d’après l’article semble poser beaucoup de soucis de développement. Je vais recherché si des projets ont déjà existé pour en tirer des enseignements et a priori beaucoup de limites. Mais je persévère ^^.

C’est déjà le cas avec le Geoportail : en dehors des couches de données actuelles, on peut aussi appeler des couches de données plus anciennes (des photographies aériennes, des cartes comme celles de Cassini, les cartes d’état-major, etc.).

Pour en revenir à JOSM, si les calques sont les mêmes que sur les logiciels de retouches d’images alors on pourrait imaginer un calque 1916, un autre 1917, un autre 1918 et pourquoi pas aller plus en précision en utilisant les jours. Je vais essayer de tester sur le logiciel.

C’est comme cela que j’ai compris le terme de « calque », que j’ai assimilé (peut-être abusivement) au mot « couche ». Si c’est bien le cas, alors JOSM est bien ce qu’il nous faut. J’attends avec impatience vos résultats !

À bientôt,
Frédéric