Changement de nom des communes : l'Intérieur fixe des limites [article]

Un article intéressant, avec liens vers les textes officiels de référence :

Extraits :
« la note d’information de la DGCL demande aux préfets de porter une attention particulière à la graphie des noms proposés. Une annexe savoureuse doit les aider dans ce travail. Celle-ci fleure bon (l’ancienne) école primaire ou, aujourd’hui, le code typographique des secrétaires de rédaction. Les plus pessimistes y verront plutôt le signe de la déperdition croissante de l’orthographe. L’annexe apprend ainsi notamment, à titre d’exemples, qu’il faut écrire Le Havre et non Le-Havre, Saint-Paul-Trois-Châteaux et non St-Paul-3-Châteaux, Les Sables-d’Olonne et non Les Sables-D’Olonne, Saint-Rémy-lès-Chevreuse et non Saint-Rémy-les-Chevreuse, mais Pernes-les-Fontaines et non Pernes-lès-Fontaines… »
« Par le jeu du hasard, un décret du 24 février 2021 actualise les dénominations des communes dans les décrets portant délimitation des cantons dans les 66 départements concernés. Ce texte d’une trentaine de pages au Journal officiel entérine ainsi des centaines de changements ou de suppressions de noms de communes intervenus ces dernières années. Sans faire de mauvais esprit et même s’il s’agit souvent de noms de communes nouvelles souhaitant se référer aux noms des communes fusionnées, on peut se demander, au regard des recommandations sur la graphie, pourquoi Aix-en-Othe (Aube) devient Aix-Villemaur-Pâlis (trois noms au lieu d’un, du fait de la fusion des communes de Aix-en-Othe, Palis et Villemaur-sur-Vanne), Saint-Geniez-d’Olt (Aveyron) devient Saint Geniez d’Olt et d’Aubrac (pas de nom trop long), Condé-sur-Noireau (Calvados) devient Condé-en-Normandie (pas de changement de nom à vocation touristique). Le Calvados fait d’ailleurs très fort en matière touristique, en créant plusieurs noms apposant au nom d’origine « Normandie » (il faudra dire désormais l’andouille de Vire-Normandie), « Pays-d’Auge » (Livarot-Pays-d’Auge) ou « Vallée d’Auge » (Mézidon-Vallée d’Auge).
A noter aussi quelques mystères, au moins pour le simple profane, comme la commune de Loc-Eguiner-Saint-Thégonnec (Finistère), qui devient Saint-Thégonnec Loc-Eguiner (sans tiret entre les deux noms !), après fusion avec Saint-Thégonnec (dont elle portait déjà le nom). Ou quelques appositions pas forcément très réussies, comme Saint-Père (Ille-et-Vilaine) qui devient Saint-Père-Marc-en-Poulet. »

Sans parler de « Capavenir-Vosges »…

La commission nationale de toponymie avait d’ailleurs fait un rappel des règles (tirets, sauf après un article en premier mot), mais visiblement, la règle est encore trop compliquée à comprendre !