GéoMAS - Import de données en masse dans OSM

Bonjour à tous,

Voici le contexte local : 204 Communes et 10 EPCI des Hautes-Alpes, des Alpes-de-Haute-Provence et de la Drôme ainsi que le Département des Hautes-Alpes partage un SIG (base de données unique, modèles communs, applications mutualisées, etc.). Il s’agit de GéoMAS (Géomatique Mutualisée des Alpes du Sud) administrée par une petite équipe de 8 géomaticiens.

L’équipe GéoMAS et moi-même utilisons régulièrement OSM, qui est le fond de plan par défaut de notre site grand-public notamment. Nous souhaiterions vivement collaborer, à commencer par l’intégration de la voirie et des points d’adresse de façon régulière et sur l’ensemble du périmètre de GéoMAS, mais nous avons des contraintes de ressources vraiment limitées sur notre territoire.
Aussi, nous souhaiterions savoir s’il était possible de trouver une solution technique pour faire remonter nos données sur OSM sans procéder à une double saisie (GéoMAS + OSM) ? Nous sommes convaincus de l’intérêt de diffuser des données à jour sur OSM pour en améliorer le service et nous souhaiterions trouver une solution alternative et facile à mettre en place, comme de l’export/import automatisé par exemple, ce que nous pratiquons déjà avec certains de nos partenaires.

En vous remerciant par avance,
EB

3 Likes

Bonjour et bienvenue sur le forum d’OSM-France !

Pour éviter la double saisie, certains EPCI ont inversé la logique… la saisie se fait directement dans OSM ce qui permet de s’assurer de la cohérence avec le reste des données déjà présentes (ce point est très important de limite de fait la pratique des « imports en masse »).
Elle est ensuite récupérée automatiquement dans leur SIG chaque nuit.

Celui qui peut mieux vous expliquer cette approche sera sûrement @tony.emery (et @ZIMMY) !

1 Like

Merci pour votre réponse @cquest.
Je n’ai pas précisé que GéoMAS est un SIG full web dont les données sont mises à jour par les utilisateurs. Ces derniers ont été formés sur nos outils et toute l’animation et l’accompagnement sont effectués autour de GéoMAS pour faciliter notre travail. Nous n’utilisons aucune autre plateforme, le guichet adresse non plus en l’occurrence. Il est vraiment le seul outil et le point central de toutes les mises à jour effectuées sur notre territoire, pour la totalité des données SIG que nous produisons.
Nous ne souhaitons pas changer de fonctionnement ou assurer de nouvelles formations et un accompagnement de l’ensemble de nos communes à l’utilisation d’autres outils ou plutôt nous n’en avons pas les moyens.
Idéalement, nous souhaiterions pouvoir exporter nos données dans le format qui permettra de mettre à jour OSM et automatiser l’ensemble (script FME ou autre). Est-ce réalisable ?

C’est techniquement réalisable, mais pas du tout trivial car il faut rapprocher ces modifications de l’existant dans OSM et faire les modifications nécessaires quasiment au cas par cas.

Nous importons très peu de données en masse pour ces raisons, on parle plutôt d’intégration.

Des outils permettent de faciliter le travail mais il y a très peu d’automatisation complète. C’est vraiment exceptionnel car le travail de rapprochement, conflation, fusion entre des objets géométriques par forcément structurés de la même façon n’est pas évident.

1 Like

Si cette solution nécessite des actions manuelles systématiques, effectivement ce ne sera pas envisageable pour nous.
En revanche, si nous pouvons travailler sur un échantillon et formater correctement les exports pour qu’ils s’intègrent correctement dans OSM alors nous sommes preneurs même s’il faut y passer du temps au début.
Est-ce possible éventuellement de changer un peu de format et d’organiser une réunion à distance pour échanger plus en profondeur ?

Bonjour,

Effectivement, comme l’indique Christian, il est plus simple de mettre à jour vos données dans OpenStreetMap et de créer un script d’import automatique des données.

Si vous avec déjà vos données et votre process de mise à jour, le mieux est de créer une « passerelle » entre vos données et celles d’Openstreetmap. Il y a plusieurs façons de faire en fonction des usages et des thématiques.

A terme, vous auriez, par contre, tout intérêt à basculer votre process sur une mise à jour directement dans OpenStreetMap, quitte à « contrôler » vos imports par la suite, comme l’a fait la Métropole de Montpellier via son outil « Le Bon Tag ».

Tony

2 Likes

Bonjour,

Merci pour la réponse @tony.emery.
Il s’agit en priorité de mettre à jour la voirie mais également les points d’adresse de l’ensemble de nos communes dans OSM.

Est-ce que, pour la thématique adressage, des passerelles de ce type existent ? Comment fonctionnent-elles ? Cette méthode pourrait nous convenir.

Emmanuel

De notre côté, même si nous alimentons directement OSM, nous avons également :

  • une table officielle de la voirie qui recense toutes les rues de nos communes ;
  • une base adresse locale.

Nous avons donc un lien qui se fait entre ces deux tables et les données OSM.

Pour la voirie, notre table officielle contient un identifiant unique qui nous mettons dans les objets OSM (relations « associatedStreet ») concernés en utilisant la clé « ref:FR:commune ». Documentation ici : FR:Key:ref:FR:commune - OpenStreetMap Wiki

Dans ces relations, nous y mettons les tronçons de voie et les adresses.

Les adresses sont liées d’une table vers l’autre grâce à l’identifiant BAL : cle_interop. Cette clé est construite de la manière suivante :

  • code INSEE sur 5 caractères
  • code de voie (l’identifiant unique de voie fourni par le guichet unique national, à défaut le code FANTOIR DGFiP sur 4 caractères)
  • numéro d’adresse sur 5 caractères préfixé si besoin par des zéros
  • suffixe (bis / ter / qua / qui / a / b / c…). Les indices de répétition “bis, ter…” serontcodés sur 3 caractères et les autres (A, B, C, A1, B2…) seront mis en minuscules sans obligation du nombre de caractères.
    chaque item étant séparé par le caractère underscore “_” et le tout en minuscules
    Exemples :
  • 35250_1658_00021
  • 35250_1658_00021_bis
  • 35250_1658_00021_bis_a
  • 78456_4562_00123_a_a

Pour avoir réalisé l’intégration des itinéraires et aménagements cyclables des Alpes-de-Haute-Provence dans OpenStreetMap, je pense qu’il est illusoire de vouloir automatiser l’import.

Je préconiserais une approche à petits pas :

  • renforcer l’utilisation des fonds cartographiques basés sur OSM et le faire savoir
  • libérer des jeux de données thématiques en opendata
  • soutenir la montée en compétence des acteurs locaux sur OSM à travers des formations pour les agents et élus
  • organiser des cartoparties pour le grand public, voir par exemple, ce projet en cours avec la Médiathèque de Chorges
  • donner l’exemple en réalisant des intégrations sur des jeux de données ciblés

Bonjour,

Merci pour votre réponse @apitux.

Pour vous connaître, je ne doute pas de votre expérience sur le sujet et c’est bien ce qui me chagrine. C’est vraiment dommage car nous n’aurons clairement pas les moyens de mettre à jour GéoMAS et OSM en parallèle alors que nous l’utilisons actuellement en guise de fond par défaut sur notre site Grand-Public. Nous souhaitons valoriser à la fois le fond et nos adresses et nous n’envisagions par d’ajouter nos voiries en surcouche, cela n’a pas de sens et ne serait pas lisible de surcroît.

Nous le faisons déjà.

Certaines collectivités le font déjà et d’autres n’en ont pas les moyens. Une réflexion d’ensemble sera conduite dans les années à venir. Nous avons déjà mis en place un site Grand-Public, c’est une première étape mais ouvrir une donnée, c’est s’engager sur sa qualité et sa mise à jour et, au risque de me répéter, nous manquons de moyens.

Nous ne souhaitons pas former et accompagner nos agents/élus sur d’autres outils comme expliqué plus haut. Nous avons environ 13 applications qui vont du SIG à l’ADS, avec des applications métiers dédiées, un site grand-public et bientôt un outil d’observatoire/décisionnel et un guichet numérique pour les autorisations d’urbanisme. Nous sommes 8, en tout et pour tout, pour assurer ce service et l’accompagnement de plus de 1 200 utilisateurs : c’est un travail quotidien…

Ce projet semble mal engagé… :slightly_frowning_face: Nous sommes les premiers à exprimer ce besoin de ce que nous comprenons ?

En parallèle, comme toutes les collectivités j’imagine, nous sommes approchés par l’IGN pour collaborer et mettre à jour leurs fonds de plan également. Nous aurions un intérêt certain à diffuser autant que possibles nos données à jour, tant sur OSM que sur les fonds de plan IGN afin que les usagers retrouvent les mêmes informations partout, peu importe le fond de plan, la base de données et le producteur.

Emmanuel

Bienvenue @Emmanuel et bravo pour lancer cette perche à OSM.

Les meilleurs experts t’ont déjà répondu sur le sujet de l’automatisation entre le SIG => OSM : complexe et périlleux. Néanmoins de nombreux imports sont en place et documentés : https://wiki.openstreetmap.org/wiki/Import/Catalogue (=> France)

A mon sens, il faudrait creuser l’ouverture des données - sous un format exploitable - pour une ré-intégration manuelle par des contributeurs OSM. Et il existe des dizaines de projets d’intégration des données, issues de bases ouvertes et intégrable légalement aux projets OSM. Exemple : Postes électriques, Recharge de véhicules électriques, Défibrillateurs, etc. C’est d’ailleurs un des jeux pour animer la communauté chaque mois : https://projetdumois.fr

En libérant les données ( @apitux pourra t’en parler des heures :slight_smile: ), elles pourraient être intégrables par d’autres. Voir à être suggérer pour intégration via des outils comme : Osmose (qui contrôle la qualité des données, suggère des modifications, propose des ajouts (via les données libérés / #projetdumois).

Peut-être que tu pourras nous faire un échantillon des informations que tu as en stock ? :slight_smile:

Pour appuyer ta démarche de territoire 04 / 05, le fond de carte OSM est utilisé sur tous les sites web touristiques (base de donnée SIT APIDAE), mairies, agglos… (et ça progresse pour OSM, au détriment de Google Maps ou IGN pour des raisons éthiques et coûts d’intégration). Là, c’est moi qui pourrait t’en parler des heures…

3 Likes

Bonsoir,
Tony, pourrais-tu donner un exemple d’adresse liée grâce à l’identifiant BAL ?
Merci.

1 Like

Bonsoir,
Avez-vous déjà exploré la contribution à OSM ? Vous n’êtes j’imagine pas les premiers (côté collectivité) à vous poser la question de comment compléter OSM. Mais il n’y a pas x manières de s’y prendre : ouvrir vos données et s’y possible être vous même contributeur.

ouvrir une donnée, c’est s’engager sur sa qualité et sa mise à jour

Il vaut mieux ouvrir une donnée même incomplète ni parfaite que de ne pas l’ouvrir. C’est justement en l’ouvrant que d’autres vont pouvoir s’en saisir, le cas échéant l’améliorer et vous de profiter de ces améliorations…

Romain

1 Like

Bonjour,

Merci pour vos réponses @Jim005 et @Romain.

Pour ma part, j’avais contribué il y a un certain temps (pendant mes études essentiellement). J’ai également deux nouvelles personnes dans l’équipe qui contribuaient dans le cadre de leurs anciennes attributions mais qui n’ont plus le temps aujourd’hui…

Je vais étudier cela avec toute l’équipe et peut-être remettre ce projet à plus tard, une fois le projet Open Data bien avancé.

En tout cas, s’il y a des exemples, je vous remercie de bien vouloir nous les faire parvenir au cas où.

Je tiens à remercier l’ensemble de la communauté, le forum est vraiment réactif. :+1:

Emmanuel

1 Like

Le lien existe dans notre « officiel de voirie » qui fait le lien entre nos différentes bases de données.
Cet « officiel » est, en fait une table toute simple qui contient les différents identifiants, ainsi que les informations concernant chaque voie (nom complet, délibérations,…).