Géostandard adresses : appel à commentaires jusqu'au 17 mai 2024

Bonjour à toutes et à tous

La modélisation des adresses fait l’objet de travaux depuis plusieurs années en France, notamment motivés par la construction de la BAN (entre autres).
Cela débouche sur la constriction d’un géostandard national. Le groupe de travail responsable a lancé un appel à commentaire ouvert jusqu’au 17 mai.

Si cela s’avérait nécessaire, ce serait intéressant de consolider une position commune au niveau de l’association pour y répondre.
Il y a plusieurs documents à lire et c’est une opportunité de faire valoir notre point de vue sur le sujet.

N’hésitez pas à réagir ci-dessous, voire apporter votre point de vue au sujet de ces travaux.

Bonne après-midi

2 Likes

Afin de faciliter nos réactions respectives et d’établir manière la plus pertinente de répondre à cet appel à commentaire, je propose les points suivants :

  • Ne nous censurons pas dans la discussion ici, il sera temps ensuite d’identifier les points qui relèvent de la position de l’association d’une part et d’autres points de vue particuliers sinon. Chacun pourra proposer sa propre réponse ce dernier cas échéant.
  • Le document soumis à la consultation fait certes 76 pages mais ne comporte qu’une vingtaine de pages réellement « efficaces », l’intégralité du chapitre §4 étant des tableaux de classes (qui méritent toutefois une attention mais leur contenu peut être résumé).
  • On est pas tous tenus d’intervenir au même niveau d’abstraction, questionnez le document selon votre propre lecture.

En ce qui me concerne, j’ai identifié les points structurants suivants :

  • Les ajouts supplémentaires au périmètre BAN actuel, aux §3.2.8 et §3.2.9 pour les adresses complémentaires et détaillées semblent correspondre à d’autres référentiels, en particulier des locaux. Ce serait redondant de les ajouter ici, permettant optionnellement de continuer à décrire l’intérieur des bâtiments alors que c’est une pratique historique qui sera beaucoup plus solidement assurée dans un référentiel des locaux en tant que tel
  • La « commune historique » d’une adresse, au §3.2.4 puis reprise dans la classe §4.2.3 est une dénormalisation incohérente avec les statuts proposés pour les adresses (en particulier le statut retired). Il semblerait plus cohérent de donner un statut aux communes, d’y faire figurer les communes historiques et d’avoir des adresses retired avec ces anciennes communes. Le lien entre les adresses actuelles et retired pourrait être obtenu en chaînant les adresses entre elles, plutôt que de référencer les anciennes communes dans des adresses actuelles.
  • Les formats de dates, en particulier les attributs dateDebut et dateFin des classes Adresse §4.2.1, ToponymePrincipal §4.2.6, ToponymeComplementaire §4.2.7 ne semblent pas reprendre la RFC3339 (le format ISO YYYY-MM-DD mais en libre). Le format est pourtant prescrit au §7.2 et devrait être repris dans les valeurs exemples.
  • Les codes INSEE, attributs codeINSEE des classes Commune §4.2.2 et Commune Historique §4.2.3 sont au format entier, ce qui ne permet pas de décrire les communes de la Corse et des départements hexagonaux < 10.

D’autres pourraient suivre, à votre disposition pour poursuivre

1 Like

De mon côté

  • Comme le code INSEE, le code postal ne peut pas être en valeur Integer mais en valeur en entier positif sur 5 positions
  • la génération d’un code transitoire alphanumérique en l’attente d’un code Fantoir (Topo ?) doit être explicitée: qui ? où ? quand ? quoi ? comment ? etc. Prendre exemple sur le NTT en attente d’un NIR Absence de NIR ou de NIA - Le Numéro Technique Temporaire (NTT) au risque d’avoir des doublons.
  • Dans Attribut sourceNomVoie, il est demandé la source de l’adresse avec 2 valeurs: commune ou inconnue. Cette demande me parait inadaptée dans la mesure où la loi dispose que la source de l’adresse c’est la commune. Soit à reformuler soit à supprimer

Je pense que je vais réécrire un autre pavé concernant les améliorations du process qui ne concernent pas le standard.

1 Like

Je trouve très marrant l’imagette associée à la page de l’appel à commentaire… j’ai pris cette photo il y a 10 ans, pour BANO !

Retour sur les commentaires:

Je pense que c’est mal nommé, on parle plus d’entrées/cages d’escalier que de locaux en eux-même.

Le schéma ne doit pas trop sortir du périmètre adresse et aller vers les locaux, mais aller jusqu’aux entrée de bâtiments me semble nécessaire car sur certains sites ou résidences, le seul numéro sur la voirie est clairement insuffisant à beaucoup d’usages (postaux, mais aussi recensement, secours, etc).

L’adresse c’est un peu plus qu’un numéro sur une voie.

D’un point de vue base de données, je suis assez d’accord, mais conserver une mention de l’ancienne commune ou du bureau distributeur (cas complètement oublié), aide quand même à l’utilisation de l’adresse.

Dans les communes fusionnées, le nouveau nom de commune est un élément très « administratif » et l’ancien nom de commune sera encore longtemps employé.

Avoir un champ dédié me semble préférable à un champ fourre-tout destiné à l’origine plutôt pour les lieu-dit et compléments.

Bien sur, ISO obligatoire, « datetime » c’est une vision sûrement « SQL » de la chose… dûe au mélange entre schéma de données et défintion d’un format d’échange.

Pareil… mais en pire. Ça sent le document écrit par un dev (si vous saviez le nombre de fois où j’ai dû intervenir pour ces raisons) :wink:

Champs texte

Aucun limite de taille indiquée.

L’encodage UTF-8 est indiqué comme à utiliser « préférentiellement », il devrait juste être obligatoire (et on serait de plus conforme à ce bon vieux RGI que tout le monde oublie).

uuid

C’est vraiment la fausse bonne idée, je peux développer si besoin, mais un peu usé par le sujet.

Certification

Il faudrait vraiment aller vers deux niveaux serait plus judicieux:

  • l’un « sémantique » c’est à dire validation par la commune qu’elle a bien créé l’adresse en question
  • l’autre géographique… une confirmation que la position est à peu près correcte, et c’est pas forcément la commune qui devrait le faire, donc ajouter un « certifié par qui ».