Inventaire des installations de production d'énergie

Bonjour

Je n’ai pas dit le contraire, il y a une société qui exploite plusieurs centrales.

On adapte OSM aux données disponibles en premier lieu et on participe aux discussions pour essayer de comprendre et faire évoluer les choses, oui.

Si l’exploitant lui-même te dit qu’il y a plusieurs centrales, on a toutes les raisons de le croire a priori.
Ce qui n’empêche pas de questionner ce choix, à d’autres niveaux comme c’est en cours sur l’hydro et le thermique pour le registre.

Une enceinte physique c’est au minimum une centrale, un même bâtiment peut même en contenir plusieurs.
Ici par exemple, un bâtiment, deux exploitants différents, deux centrales. Ce serait très difficile de faire autrement.

C’est identique.
Production unit = power station = centrale électrique = IEC60050 602-01-01

La clé power d’OSM est basée sur la norme IEC60050 qui considère la même distinction entre centrale et générateur.

Il peut, mais il ne doit pas.
L’association entre production unit et generation unit est une relations 1:n.
On peut donc avoir des centrales qui n’ont qu’un générateur.

Ce sont deux choses différentes, que les membres soient dilettants et ne suivent pas ce qui est convenu doit être corrigé et n’est pas un élément suffisant pour bâtir une modélisation.

C’est pourtant le cas, pourquoi ça ne l’est pas selon toi ?

Le registre dit qu’il y a 4 éoliennes sur Contoire et 5 éoliennes sur Davenescourt en étant cohérent sur la puissance des ensembles, on a pas besoin du rattachement au poste de livraison pour faire ce découpage.
On en saura plus avec l’appli Oreol qui arrive incessamment sous peu.

Justement l’exploitant ne parle que d’un parc éolien, c’est RTE qui dit qu’il y en a 2, enfin… Il donne 2 EIC, il ne dit pas explicitement qu’il y a 2 centrales :stuck_out_tongue:

Moi je n’ai accés qu’à ça : IEC 60050 - International Electrotechnical Vocabulary - Details for IEV number 602-01-01: "power station"

et Production unit n’est pas évoqué.

Et dans les documents que j’ai pu lire de l’ENTSOE sur les EIC, j’ai rien vu qui pourrait aller contre le fait d’avoir plusieurs production units dans une centrale électrique.

Je ne dit pas le contraire, je parlais de plusieurs unités de production (= production units) dans une centrale.

Je dis juste que si l’on regarde les mots « generation unit » et « generator » ne sont pas 2 synonymes a priori comme production unit et power station.

Je ne trouve pas de contre exemple (ce qui ne veut pas dire qu’il y en a pas :slight_smile: ). Je ne sais pas comment sont gérés par exemple les moteurs de la centrale de Lucciana en Corce, pour EDF il semble y avoir 2 centrales, une pour les moteurs et une avec les turbines à gaz (et c’est comme ça dans osm) mais dans le registre on a un EIC pour l’ensemble des 7 moteurs alors que l’on a un EIC pour chacune des 4 turbines à gaz. Ce n’est pas vraiment sur le réseau européen donc pas trouvé sur le site de l’ENTSOE.

Le registre dit qu’il y a 4 éoliennes rattachées à la commune de Contoire et 5 à celle de Davenescourt mais pas sûr que les éoliennes soient toutes dans ces communes et que ce n’est pas juste le poste de livraison qui se trouve sur les communes mentionnées.

Je ne connaissais pas OREOL, a voir ce qui sera accessible.
Par contre tu me donne des munitions :stuck_out_tongue:
Ici :

il est dit :
« Saisir la fiche du parc
Les données du parc sont découpées en catégories.
Nom : La raison sociale du parc
Caractéristiques : Permet de préciser le nombre d’éoliennes, nombre de postes de livraison et son emplacement »
Donc possible d’avoir plusieurs postes de livraison par parc.

Un autre exemple :

Ici 2 EIC dans la même commune, 5 MW et 12.5 MW donc normalement des éoliennes de 2.5 MW et donc 2 éoliennes pour l’un et 5 pour l’autre.

La seule différence sur les noms c’est la présence ou non d’un espace :« P.E.DE CAULIERES EPLESSIER LAMARONDE » et « P.E. DE CAULIERES EPLESSIER LAMARONDE »

les éoliennes sont sur 3 communes.

Les fournisseurs de données sont RTE (et les autres distributeurs d’électricité sur lesquels sont branchées les centrales électriques) donc ce registre est fait de leur point de vue donc un point de livraison = un code et pas une centrale = un code.

d’ailleur si on regarde les noms des production units des centrales nucléaires dans le registre on a des noms comme « CATTEN02 - GROUPE 02 DE LA CENTRALE NUCLEAIRE DE CATTENOM »

et donc il y a plusieurs groupes avec chacun un EIC « production unit » qui font parti de la centrale nucléaire de Cattenom.

Et c’est pareil pour les centrales thermiques.

un exemple :

La centrale thermique DK6, centrale gérée par Engie et alimentée par les gaz sidérurgiques d’ArcelorMittal situé sur la commune de Dunkerque.

centrale comportant 2 cycles combinés avec pour chacun 1 turbine à gaz et 1 turbine à vapeur

Dans le registre on a 4 EIC pour la centrale, un pour chaque turbine et ils sont situés sur la commune de Grande-Synthe.

Et les EIC ont comme noms « BRAEKT12 - GROUPE 12 DE LA CENTRALE THERMIQUE DE BRAEK » par exemple

Pourquoi « CENTRALE THERMIQUE DE BRAEK » ? alors que je ne crois pas que ni Engie ni ArcelorMittal utilise ce nom, c’est surement parce que le poste électrique où est relié la centrale s’appelle BRAEK pour RTE et est situé sur la commune de Grande-Synthe à 2.5 km de la centrale.

Donc point de vue de RTE et du réseau et pas d’Engie et de la centrale.

Par contre, si l’on va voir sur le site de l’ENTSOE, la centrale s’appelle bien DK6, on a 1 EIC « production unit » pour toute la centrale et des « generation units » pour chaque turbine nommés DK6 TG1, DK6 TV1, DK6 TG2 et DK6 TV2. on a même des « generation units » DK6 1 et DK6 2 (des generation units avec chacun 2 turbines ?)

Ce que j’avais pas vu par contre c’est que les EIC du registre sont les EIC des generation units de l’ENTSOE, donc dans le registre les EIC ce sont des production units ou des generation units ou un ensemble des 2 suivant le point de vue que prefère RTE ?

Bonjour

M’est avis qu’il faut repartir des textes, sinon on ne s’en sortira pas.

Le registre dont nous parlons est un registre de centrales électriques, prévu par l’article L142-9-1 du code de l’énergie.
L’article 1 de l’arrêté du 7 juillet 2016 donne la définition pour une installation de production.

1° Une installation de production est définie comme un ensemble d’équipements destinés à la production d’énergie électrique qui comprennent un ou plusieurs groupes de production. L’installation est raccordée directement à un réseau public d’électricité ou indirectement, par l’intermédiaire d’installations appartenant à un utilisateur de ce réseau ;

Parallèlement, en réponse à la question II.4.32, l’ACER a clarifié la définition de « production unit » utilisée par la réglementation européenne.

production unit means a facility for generation of electricity made up of a single generation unit or of an aggregation of generation units. Thus, a production unit is not always a single production unit (e.g. one wind turbine) but it can also be a combination of units (e.g. several wind turbines). In defining a production unit the spatial proximity and the ownership structure are relevant. Thus, a production unit might be a part of a wind farm (e.g. 5 wind turbines) owned by one market participant.

Confirmé par le règlement EU 1348/2014, article 2(13) :

(13) ‘production unit’ means a facility for generation of electricity made up of a single generation unit or of an aggrega­tion of generation units;

La norme CEI60050 qui a servi à construire la clé power d’OSM, donne bien une définition similaire.

centrale électrique, f
équipement destiné à la production d’énergie électrique et qui comprend les ouvrages de génie civil, de conversion énergétique ainsi que l’appareillage associé

Ces définitions tendent à indiquer que le droit français, le droit européen et la norme sur laquelle OSM se base parlent de la même chose.

C’est l’exploitant qui remonte les infos au gestionnaire de réseau de distribution qui remonte à RTE.
Deux lignes dans le registre signifient deux centrales distinctes, puisque c’est la nature même du registre.

Que les gestionnaires de réseaux n’aient pas compris de quoi il s’agissait et aient pris des initiatives d’agrégation discutables comme en hydro ne change en rien le sens des textes ci-dessus.
Le registre doit rester un registre de centrales et pas de points de livraison, c’est l’objet des corrections qui seront à faire prochainement de leur côté, pas du notre.

Production unit étant équivalent à centrale électrique, l’un ne peut pas être dans l’autre.

Il me semble pourtant que si. Quels éléments de définitions indiqueraient que ca ne l’est pas (hors contenu du registre, ca ne compte pas) ?

D’après la réponse de l’ACER ci-dessus, il peut y avoir plusieurs centrales par parc (wind farm / dont la définition n’est pas donnée). Qu’il puisse y avoir plusieurs postes de livraison par parc ne change rien pour osm, puisque nous décrivons les centrales, pas les parcs.
Par ailleurs le choix du ministère d’inventorier les parcs, sans définir de quoi il s’agit, est incohérent avec la nature du registre. J’aurais l’occasion de le clarifier avec eux d’ici quelques mois.

Ce n’est pas conforme à la définition du registre, il faut donc le faire corriger le cas échéant et pas le prendre pour argent comptant pour adapter nos raisonnements.

Ca je l’ai vu aussi en effet et signalé à RTE fin juillet.
Ce n’est évidemment pas normal et les codes EIC devraient être uniquement ceux des production units. Un code de generation unit n’a rien à faire ici, pas plus qu’un intitulé « Groupe 02 de la centrale X ».

C’est un sujet complexe, va-t-on le rendre plus simple en différenciant davantage les concepts ?
Il me semble plus compréhensible de traiter de centrale/générateur partout et de valoriser nos données en cohérence. Sinon peu de monde y comprendra quelque chose, n’est-ce pas ?

Le mettre en gras ne le fait pas apparaître dans le texte en lien, il est seulement question d’un registre des installations de production et de stockage d’électricité. Si on avait un registre des installations de production de voitures qui donne les capacités de production, on aurait sûrement 1 ligne par chaîne de montage et pas par usine. Et si l’on donne une définition assez large d’usine et chaîne de montage, on aurait des choses assez proches.

Les gestionnaires de réseaux se trompent pour l’hydro mais ce n’est pas possible pour le reste.

Je reste sur mon exemple, centrale électrique = usine et production unit = chaîne de montage.

« production unit is not always a single production unit » donc quand ils disent « a production unit might be a part of a wind farm » c’est lequel de production unit ?

Que ça soit un sujet complexe je suis d’accord mais faire le choix dans osm de faire que production unit soit équivalent à power=plant ne me semble pas le rendre moins complexe au contraire.

Moi j’ai surtout l’impression que l’on adapte osm pour être raccord avec un métier, pas celui de producteur d’électricité mais celui de gestionnaire de réseau électrique.

Donc ce que tout le monde appelle une centrale nucléaire ne doit pas être tagué power=plant mais juste landuse=industrial. A l’intérieur il y a plusieurs production units, 1 par réacteur, donc plusieurs power=plant. Comme il y a pas mal de la centrale nucléaire qui sert à toutes les tranches, power=plant sera souvent sur un node ou une surface qui englobera, en gros, réacteur et turbine donc à peu près comme les power=generator.

Pareil pour les centrales thermiques, un power=plant par ce qui est souvent appelé unité ou tranche mais il faudra vérifier dans le registre si plusieurs unités de production (qui ne sont pas des production units) ne sont pas regroupées, info qui est trouvable pour le public que dans ce registre (ou dans les données de l’ENTSOE mais y sont présentes que les production units de plus de 100 MW).

Pour l’éolien, un parc éolien n’est pas un power=plant donc une centrale électrique malgré ce que peuvent croire à peu près tous les gens qui se sont un jour posé la question et ce que peuvent dire les constructeurs ou exploitant du parc éolien. Pour savoir ce qui est une centrale électrique il n’y aura comme données publiques que le registre et dans pas mal de cas on ne pourra pas savoir comment sont découpés les parcs éoliens donc impossible à ajouter à OSM pour quelqu’un qui n’a pas ces entrées chez le propriétaire, l’exploitant ou le gestionnaire du réseau (et d’ailleurs pas sûr que l’info soit admissible dans osm vu que l’info n’est pas publique).

Les centrales solaires, même chose, il n’y a pas toujours de barrière physique entre les différentes « parties » de la centrale, il faudra connaître le câblage des panneaux solaires. La centrale solaire de Cestas n’est pas une centrale électrique mais 25 centrales de 9.2 MW. On ne pourra pas relier ces centrales aux EIC car pas de données publiques pour faire un choix si on arrive quand même à faire le découpage (Ou alors au pif…).

Mais bien sûr, c’est juste pour l’Europe. Pour le reste du monde ça sera différent.
Par exemple les état unis ont aussi l’équivalent de notre registre, le Form EIA-860

Ici on a un fichier pour les « plant » et un pour les « generator » (on a même des infos sur les « utility » de ces « plant » donc les exploitants ce qui est présent normalement dans le registre mais pas dans sa version public, secret des affaires surement…)

Donc chez eux une centrale nucléaire peut contenir plusieurs réacteurs, même chose pour les centrales thermiques, on a même des centrales contenant par exemple des generators au gaz avec des generators solaire et/ou éolien)

Dans la plupart des cas, 1 site = 1 plant mais pas toujours. Il y en a plusieurs si plusieurs exploitants ou propriétaires. Pour le solaire ou l’éolien, souvent lorsque c’est construit en plusieurs fois, il peut y avoir plusieurs plants même si on a le même utility (peux être l’entreprise propriétaire est différente).

Ailleurs on fera sûrement autrement…

donc les tags osm ne seront pas équivalents d’un pays à l’autre…

Bonjour

Tout dépend des définitions d’usine et de chaîne de montage, absentes ici.

C’est précisément le problème, ce si est capital : les définitions ne sont pas données.
A partir de là, tout est possible.

Ce qui n’est pas le cas pour le registre qui nous intéresse puisque les définitions sont explicites.

Pour l’hydro c’est non conforme aux définitions retenues au départ (puisque RTE indique qu’il s’agit d’un point logique en aval des centrales elles-même), pas pour le parc éolien dont nous discutons.

Si tant est que les définitions des deux premiers terme soient données, que serait alors le generation unit ?

Il y a à mon sens une erreur ici, on devrait lire production unit is not always a single generation unit.
Je vais le leur signaler.

On adapte OSM à la seule référence que nous ayons, ce n’est pas exactement la même chose.
Par ailleurs, OSM a déjà beaucoup apporté aux gestionnaires de réseau, aux producteurs aussi. On ne peut pas s’en sortir en renvoyant les uns et les autres dos à dos.

Tout le monde est un peu vaste.
Les mots ont un sens, les tags OSM sont basés sur des définitions précises et « tout le monde » peut se tromper.
Par exemple, ce que beaucoup appellent un transformateur est en fait un poste électrique.

Je n’en serais pas si sûr.
Au contraire, les tranches sont plutôt indépendantes jusqu’à preuve du contraire.

Non, il est aussi possible d’aller visiter les sites de production, s’y rendre et discuter avec le personnel, faire des demandes de documents auprès des autorités environnementales pour trouver les informations nécessaires.
Il y a 10 ans dans les discussions pour construire les tags, on opposait déjà « grand public » et « insiders ». Les insiders la semaine sont le grand public du weekend et vice versa. Je ne suis pas agent des IEG, pourtant je trouve des infos plutôt riches un peu partout.

Cf ce que je dis plus haut pour « tout le monde ».
Quant à l’exploitant, il s’agit ici de la plaquette publicitaire de l’exploitant. C’est pas tout à fait pareil.

C’est là où nos visions divergent, puisqu’on est plusieurs à œuvrer pour que ces infos soient finalement publiques au lieu d’adapter OSM à ce qu’elles ne le soient pas du tout.

A propos des agrégats de production, il me semble qu’ils ne devraient pas apparaître sur le registre. Comme tu l’indiques, c’est une construction logique qu’il n’est pas possible de reporter sur le terrain.
Encore un point à clarifier une fois qu’on aura fini de nettoyer l’hydro dans le registre.

C’est paradoxal : les tags osm permettent bien de décrire toutes les situations de manière comparable.
Qu’importe que les pratiques ne soient pas les mêmes partout dans le monde, on est bien capable de décrire toutes ces situations en fusionnant ou non les power=plant avec le landuse=industrial alentour.

Bonjour

Réponse de l’ACER ce matin.
Ils m’indiquent prendre en compte le commentaire formulé vendredi et que la version la plus à jour du document est désormais en pdf (toujours question II.4.32, page 21).

Par ailleurs la définition de generation unit est donnée dans la directive 2019/943 article 2(71) : « a single electricity generator belonging to a production unit. »
Pour rappel, la définition de production unit est donnée par le règlement d’exécution 1348/2014 dans son article 2(13) : " facility for generation of electricity made up of a single generation unit or of an aggrega­tion of generation units"

On attend donc l’éventuelle correction du texte de la réponse de l’ACER dans une prochaine publication.

Bonjour,

Il y a du nouveau sur l’analyse osmose dont nous parlons en haut :

  • Désormais, c’est la dernière version du fichier qui est utilisée dans tous les cas
  • Le géocodage est plus fiable, ne passe plus par le géocodeur initial
  • Les installations >= 250 kW sont prises en compte (contre 1 MW auparavant)

Ca se passe ici
https://osmose.openstreetmap.fr/fr/map/#zoom=7&lat=46.908&lon=3.218&item=8270&level=1%2C2%2C3&tags=power&class=&useDevItem=

Le nombre de signalements a visiblement augmenté, dans des proportions raisonnables

Par ailleurs, les défauts constatés plus tôt cet été ont été consignés dans le document suivant, destiné au mainteneur du fichier pour documenter les problèmes que nous rencontrons.

En espérant que cela puisse faire rapidement avancer les choses, particulièrement sur les codes EIC qui seront probablement amené à changer sur certaines installations prochainement.

Bon weekend !

1 Like

Moi quand je lis cette Article
Je me dis que j’ai du boulot dans mon déplartement. J’ai déjà ajouté pas mal de panneaux solaires sur les toits grâce aux vues sat tout en jardinnant et en ajoutant les ligne électriques.