OpenStreetBrowser : arbres et souches

Compte tenu des températures élevées en ville il me semblait intéressant de pousser la qualification des arbres en précisant au mieux les tags associés.
Il reste qu’il y a aussi les souches. La page wiki existe : tree_stump

La bonne nouvelle est que vos contributions à ce niveau de précision sont visibles via le site OpenStreetBrowser qui depuis ce mois d’août propose d’enrichir les catégories.

Voici donc une capture écran et le lien pour intéragir avec la carte.

2 Likes

Je m’étais posé la question de comment cartographier les souches, j’étais prêt a mettre disused:tree :wink:

La sémantique de façon générale de ‹ disused › est pour moi déroutante :
autant pour les commerces que dans notre cas les arbres.

La notion d’inutilisé est claire : il n’y a plus d’action.

Si c’est une souche, c’est clairement un changement d’état d’où le ‹ tree_stump ›
Pour ce qui est du local vacant : un commerce toujours avec la même enseigne mais sans activité pourrait à la limite être avec ‹ disused ›, mais si tout a été vidé à mon sens le shop=vacant est bien plus approprié car porteur de sens.

La richesse de la sémantique OSM est de lever le doute. :slightly_smiling_face:

destoyed:tree serait plus logique que disused. Mais ca n’indique pas qu’il reste une souche.

Pour le cas des arbres dont il ne reste pas des souches razed:tree pourrait plus correspondre que disused:tree.

Concernant les commerces, si ont suit la sémantique de shop (un endroit vendant actuellement quelque chose), shop=vacant correspond à un commerce vendant du vide (ou des lieux vides ?).
Pour moi cela ajoute de la confusion au lieu de clarifier les choses.
Cette valeur a d’ailleurs été longtemps déconseillée sur le wiki car elle était considérée (à raison) comme un commerce lors de la réutilisation des données.

disused:shop=yes me parait plus transparent et sémantiquement juste : un commerce actuellement inutilisé.
Mais je comprends que l’on peut peut-être trouver mieux. Et trouver une solution qui convienne à tout le monde, actuellement les données sont fragmentées entre disused:, was: et shop=vacant.

Et donc quand il y a une souche… un tag est prévu, pas la peine d’utiliser des prefixes.

natural=tree_stump

Merci Christian car j’étais pas sûr que le tag existe. Est-ce qu’on le trouve facilement?
Reponse: non y a pas de page de traduction en français.

Le système sémantique OSM a 2 bornes l’une affirmative : YES l’autre négative NO
-le YES se décline en ce qu’il contient : l’intitulé du commerce et son activité
-le NO peut avoir sa précision sur un état transitoire plus ou moins long (travaux ou ici la vacance) avant nouvelle activité

Il est bon de raisonner en intégrant par passerelle les vocabulaires métiers (je fus développeur économique) et la notion de vacance est une entrée fondamentale. C’est ce que l’on pourrait appeler un champs lexical.

Il y a après des fichiers dédiés comme ici

Pour ce qui est de ‹ disused › à mon sens c’est en cas d’impossibilité de comprendre ce que devient l’enseigne et qu’on est sûr qu’elle n’est plus active mais pas vacante. Exemple pendant le Covid il y a eu beaucoup de disused mais non vacants.

Merci pour ces précisions.
Je n’arrive pas à saisir la nuance dans ce contexte entre inactif et vacant. Peux-tu détailler ?

Voilà un cas concret : cette boulangerie à Orange n’ouvre plus depuis plusieurs mois, mais elle avait ouvert il y a quelques mois. Il est fort probable que l’entrepreneur n’ai pas trouvé sa clientèle.


Dans ce cas en attendant le disused:shop=bakery trouve pertinence car la boutique est restée en l’état et je le vois à travers la vitrine.
Ce type de situation se retrouve en cas de liquidation, arrêt maladie prolongé…

L’autre exemple qui me vient en tête est ce centre commercial plus au sud : certaines cellules ne sont toujours pas occupée et dont l’inactivitée est évidente car mentionnée. Dans ce cas je mets bien un shop=vacant en ayant soin à conserver les tags anciens en was:= .

Merci pour ces détails, je vois mieux maintenant.

Pour moi il y a toujours un problème de sens avec shop=vacant.
Vous avez détaillé yes et no dans un message précédent, du coup je comprends le sens de « shop=vacant » comme un « shop=yes » apportant plus d’information sur l’activité/ce qui est vendu. Or il n’y a pas vraiment de commerce juste un local vide qui sera peut-être autre chose qu’un commerce une fois repris.
Je vois bien qu’il manque un niveau de détail, c’est juste que cela me semble être un détournement de l’usage de shop= faute de mieux.

J’ai l’impression que disused:shop est beaucoup utilisé dans des cas où le commerce est vacant. La page en anglais de disused: dit d’ailleurs que cela inclus les locaux vacants. Pour le moment on perd donc cette nuance.
Cela pourrait être un usage pour was:shop, ou éventuellement créer un nouveau préfixe de cycle de vie, vacant:.

P.S. : serait-il possible de modifier le titre ou de déplacer cette discussion dans un nouveau sujet vu que la conversation a dévié du sujet principal ?

1 Like

Je continue la digression, parce que je tague plus les commerces « vacants » que les souches d’arbres :wink: (cf. ma vieille prose sur Bureau de recensement des boutiques stéphanoises — Movilab )

Bon, moi perso, je continue à utiliser DISUSED:… shop en général, par habitude, et parfois même disused: … restaurant, bar… etc. parce que ça permet de savoir que le local est équipé ou au moins aménagé (en bar, en cuisine, voire en emplacement de chambre froide etc.)

Quant au VACANT je le trouvais intéressant (sans l’utiliser cependant…) parce que je croyais que ça signifiait « disponible » (et du coup aurait permis de faire la distinction entre un local qu’on constate vide, sans activité) et… la même chose, mais avec un "à louer/à vendre dessus). Mais la présente discussion m’incite à penser que c’est pas l’idée.

Et de toute façon, pas sûr que l’info « à reprendre » ait vraiment sa place sur OSM… Mais plutôt sur le site de la structure qui s’occupe du dév. économique sur le territoire concerné.

1 Like

Tant qu’à rester dans la digresssion : shop=vacant c’est bien ce que tu dis : une boutique vide qui peut à nouveau servir comme boutique. disused serait par exemple si la boutique était devenue une habitation mais à l’origine était conçue comme boutique (grande devanture, traces de l’ancienne affectation : exemple (désolé pour la source, citable mais non utilisable pour cartographier) : des dizanies d’années plus tard on ne doute pas de l’ancienne affectation !).
Et pour revenir au sujet, on a déjà les bons attributs !

ok je me rends compte que j’ai un peu trop abusé des disused pour des magasins fermées/en travaux. merci pour la précision.

Je viens de tomber sur des commerces où disused:shop=yes avaient été ajoutées sans modifier shop=* et en le laissant avec une valeur autre que vacant.
En voyant ce genre de situation je comprends mieux l’utilité de shop=vacant (en mettant de côté le problème de sens que j’évoquais plus haut), ça rend effectivement les mises à jour plus simples et disperse moins les tags utilisés.

1 Like

Voici un exemple que je pratique à Orange Node: 2026353090 | OpenStreetMap
image

was:name ? old_name !

Il y a bien un préfixe à laisser émerger : la capacité à historiser.
was:=

yep, mais dans le cas présent j’imagine plutôt « et tu te souviens c’était placé à l’endroit de la Pâtisserie Blaise » et donc un old_name je trouve a du sens.

was:shop, ok « cela peut permettre de comprendre quels sont les commerces envisageables dans ce local vacant » et encore
mais tous les was:, je ne sais pas, j’ai l’impression que cela crée des attributs pour remplacer l’historique des éléments qui sont eux archivés. Peut-être faut-il des moyens pour mieux lire l’historique des shop pour répondre au besoin (que je trouve tout à fait légitime au passage et ayant des cas concrets d’usages avec les services éco et autres structures publiques qui payent des blindes pour des bases souvent peu opérantes …) ? je ne suis pas sur que cela soit par les préfixes mais je suis prêt à changer d’avis :smiley:

La difficulté qui m’a souvent été formulée dans l’archivage des données OSM se trouve dans le fait qu’il est difficile de boucher les trous. Exemple concret, je passe et je vois un commerce qui change, je demande si c’est bien le nom qui figure encore sur le POI qui était l’ancienne boutique et la réponse donnée c’est « non il y avait xxx ». Je suis ainsi en mesure de faire was:name=CCC;BBB;AAAA du plus récent au plus ancien.

Pour le préfixe : cela s’avère utile pour ajouter de la complexité (de la richesse sémantique) on reste dans le même domaine d’activité mais une autre spécialisation : exemple vente de vêtements mais de la vente pour enfants, ça passe à des vêtements pour femmes.
Cela donne was:clothes=women marche souvent aussi pour la restauration was:cuisine=burger
Exemple ici