OSM et usage commercial

Bonjour

Je sais que le thème a déjà été abordé mais les posts traitant ce sujet datent un peu et la politique de licence d’OSM a été modifiée depuis.

Je souhaite développer un site Web affichant un fond de carte et permettant de tracer le contour de parcelles de gestion. L’accès au service serait payant.
Je pensais utiliser OSM comme fond de carte et openlayer pour le tracé des parcelles mais je ne comprends pas le contrat de licence OSM.

  1. Je ne sais pas si une utilisation d’OSM est possible dans un logiciel commercial et si oui sous quelle condition.
  2. Par ailleurs, j’ai lu dans les conditions d’utilisation d’OSM qu’une sollicitation trop importante du serveur pouvait se terminer par un refus de service mais la notion de “trop important” reste assez flou.

Merci de votre aide

Cordialement

  1. OSM permet les usages commerciaux. Aucune limitation de ce côté.

  2. quand on se pose la question des limites d’usage des serveurs OSM c’est en général le signe qu’on va dépasser :wink:
    OSM n’a pas vocation à fournir des services, juste des données. Les services mis en place sont là pour être une vitrine, pas une fourniture universelle et gratuite pour tous. Les données et les logiciels pour les exploiter sont disponibles pour monter ses propres services.
    Ceci permet d’âtre autonome, indépendant. suivra par exemple http://switch2osm.org/
    Si on ne sait pas faire, il y a des sociétés qui proposent ce genre de prestations. Cela va de la fourniture de fond de carte tuilés à des développements bien plus pointus.

Euh, si, il y a des restrictions. Le plus simple est de commencer par lire ça : http://wiki.openstreetmap.org/wiki/Legal_FAQ

En fait, la question est de savoir comment OSM est utilisé dans un projet commercial. Si c’est un simple mashup, il faut juste créditer OSM et indiquer la license (idéalement sur la carte elle-même). Mais si le projet utilise la carto OSM pour son usage, comme par exemple, positionner des éléments externes (géocodage) et d’une manière significative, on considère alors que le jeu de nouvelles données est une “derivative database” qui doit hériter de la license OdBL (et donc être mise à disposition du public - on peut revoir plus tard sous quelle forme).

Il y a plusieurs opérateurs connus comme mapbox (limité en gratuit) ou mapquestopen (qui ne fixe pas de limite pour l’instant). Une liste exhaustive se trouve ici : http://wiki.openstreetmap.org/wiki/List_of_OSM-based_services

Merci pour ces précisions. Le lien vers Legal_FAQ est très instructif.

Pour ce qui est de créditer OSM et d’indiquer la licence, pas de soucis. Mon idée est de proposer OSM comme fonds de carte, de permettre à l’utilisateur de tracer des parcelles sur une couche avec OpenLayer en s’appuyant sur ce fond de carte puis d’enrichir ces polygones (les parcelles) d’informations complémentaires (couverture du sol, année de plantation, traitement, …).
Au final, je vais constituer une base de données avec ces informations complémentaires.
Comme les informations sont personnelles (enfin de la propriété des utilisateurs qui les ont constituées), ça ne me parait pas compatible avec la licence ODbL. Ces données sont-elles considérées comme une “derivated database” ?

En ce qui concerne la limite d’usage d’OSM, je pose la question justement parce que je ne trouve pas de critère quantifiable sur cette “limite”. Si je sais quels sont les critères permettant de distinguer une utilisation raisonnable d’une utilisation abusive, je peux la gérer mais sans cette information, c’est plutôt subjectif … Si je propose un service payant et que les utilisateurs se retrouvent sans fond de carte par ce que les serveurs OSM ne répondent plus, ça fait moyen … Je pense que je dois opter pour l’autonomie. Je vais étudier cette solution. Dans cette hypothèse, il faut que je récupère les tuiles sur un serveur. Par contre, je n’ai aucune idée de l’applicatif nécessaire pour servir ces tuiles. Un conseil ?

Merci de votre retour

Pour l’usage…

Si tu veux une solution pérenne, il ne faut pas dépendre des tuiles et serveurs OSM. Il n’y a aucune garantie de service même si tout est fait pour que ça fonctionne avec un minimum d’interruption. Ceci n’est pas une question de limite d’utilisation, qui en fait est relativement haute.

La solution consistant à récupérer les tuiles (toutes les tuiles) n’est pas viable car:

  • cette récupération dépassera les limite d’usages et tu sera bloqué rapidement
  • ces tuiles ne seront plus mises à jour ou alors il faudra faire une telle récupération régulièrement (et retour à la ligne précédente)

Si tu veux tracer des parcelles ne serait-il pas plus opportun d’utiliser pour cela des images aériennes ?
Le géoportail de l’IGN propose la BD Ortho avec des limites d’usage en version gratuite qui peuvent peut être convenir.

Tu peux aussi prévoir dans ton appli un “plan B”, utiliser les tuiles OSM par défaut et si indisponibles celles de MapQuest (open) et si indispo encore une autre couche de tuiles…

Le voie royale c’est de monter son propre générateur/serveur de tuiles, à voir sur http://switch2osm.org/serving-tiles/building-a-tile-server-from-packages/
Le type de serveur nécessaire dépendra de l’emprise, de la fréquence de mise à jour des données OSM et du niveau de zoom maximal à générer.

Si tu ne veux pas d’ODBL (ce qui fait sens dans ton cas), il ne faut pas laisser la possibilité de tracer les parcelles sur un fond OSM (par ex., avec une imagerie aérienne uniquement). Ou alors, tu sépares ta base en deux : une qui contient les parcelles en mode odbl, l’autre qui contient les données personnelles en mode fermé et qui se réfère aux parcelles de la premiere.

Bonsoir

Si tu veux une solution pérenne, il ne faut pas dépendre des tuiles et serveurs OSM

J’arrive à la même conclusion.

Le géoportail de l’IGN propose la BD Ortho

Je vais jeter un œil mais j’ai des amis qui avaient déjà regardé l’an passé et les restrictions ne semblaient pas compatibles avec une utilisation professionnelle.
A un moment ou l’autre, il faut mettre la main au portefeuille et les cartes IGN c’est pas donné …

Tu peux aussi prévoir dans ton appli un “plan B”, utiliser les tuiles OSM par défaut et si indisponibles celles de MapQuest (open) et si indispo encore une autre couche de tuiles…

Bonne idée mais j’ai un doute sur la faisabilité. Lorsqu’OSM n’est pas disponible, j’ai vu qu’il renvoyait des tuiles sans carte avec un message mais je n’ai pas vu qu’il renvoyait un code erreur ou quelque chose de similaire.

tu sépares ta base en deux : une qui contient les parcelles en mode odbl, l’autre qui contient les données personnelles en mode fermé

J’avais pas pensé à ça mais c’est plutôt malin.

Merci de votre aide.