Forum OSM France

Pannonceaux M12 pour les cyclistes

Je lance un sujet sur les panonceaux M12 pour les cyclistes parce qu’il y a plusieurs versions selon les pages du wiki. Soit avec des tags, soit avec une relation.

  1. Pourquoi est-ce que les tags ne seraient pas suffisants ? Est-ce qu’il y a une « relationnite » française ? Est-ce qu’on trouve une discussion sur le sujet ?
  2. Est-ce qu’on sait si les routeurs prennent en compte ces infos ? et s’ils gèrent à la fois les tags et les relations ?

Tout dépend si le feu est mappé uniquement à l’intersection où à chaque zone d’arrêt.

Si c’est uniquement à l’intersection, on n’a pas d’autre choix que la relation car il faut bien indique la combinaison entrée/sortie où le panneau s’applique (comme les interdictions de tourner).

Si chaque feu et zone d’arrêt est mappé, un simple tag sur le noeud du highway=traffic_signal suffit.

Cela pousse à mapper les feux en détail et pas qu’à l’intersection ce que j’ai commencé à faire vers chez moi.

1 Like

Bien vu, jusqu’ici je n’étais tombé que sur des feux mappés individuellement donc je ne comprenais pas l’intérêt. Dans ce cas je penche plutôt pour un mapping individuel et des tags. Ça me semble plus simple et plus explicite que la relation.

Reste à savoir si c’est pris en compte par les routeurs dans les temps de parcours. Parce que mine de rien si on a une dizaine de feux avec M12 ça diminue le temps de parcours. En fait je ne connais rien au routage. Je ne sais même pas s’ils prennent en compte les feux et autres règles aux intersections.

Pour info « dans l’agglomération lyonnaise 706 feux sont équipés de panneaux M12, ce qui représentent 42% des feux. L’objectif est d’atteindre 100% à la fin du mandat ». L’article n’est pas daté. Non disponibles en open-data. Aujourd’hui j’en trouve 115 dans OSM.

Il me semble plus simple pour un routeur de prendre en compte les tags sur les noeuds que les relations, mais tout le code doit déjà être là pour les deux cas, vu que le même principe est utilisé pour les interdictions de tourner qui elles sont toujours sous forme de relations si je ne me trompe pas.

Ce qu’on perd comme info quand on cartographie les feux un à un c’est le fait qu’ils fonctionnent ensemble… mais cela n’a pas d’impact sur le routage.

Il est bien plus simple pour un moteur de calcul d’itinéraire de prendre en compte les relations, car elles seules sont explicites. Avec juste des tags, il y a une part d’heuristique pour determiner l’axe de sortie de maneuvre. Autant « tourner à droite » ça nous semble évident en tant qu’humains, autant pour un robot il faut à.un moment compenser l’absence d’explicite due aux tags, pour converger vers la situation non ambigue proposée par les relations. Elles ne sont pas là pour rien, de même que les interdictions qui suivent la même modélisation.

Oui, à la réflexion tu as raison, je me suis trompé en imaginant que cela annulait l’effet du feu, or, ça ne l’annule que si l’on tourne… donc oui, les relations sont bien plus explicites !

Pour bien faire, il faudrait du coup doubler les tags sur les feux isolés par une relation (et le documenter).

… et le documenter

Comment ça se passe pour le wiki ? J’imagine qu’on ne va pas pas modifier la page anglaise comme ça d’un seul coup et remplacer les tags par la relation sans demander l’avis de personne ? Idem pour le français.

Déjà les 2 pages françaises que j’ai mentionnée ne disent pas la même chose : celle sur les panneaux routiers et celle sur le vélo. Il faut peut-être clarifier et que l’une renvoie vers l’autre sinon elles vont toujours évoluer séparément.

Il ne s’agit pas de ça mais plutôt d’indiquer que les tags ne fournissent pas la même information et que pour le routage, la relation reste utile.

C’est un peu comme mapper la présence d’un panneau et mapper l’effet du panneau, bien plus directement exploitable (sans heuristique).