RapiD et Microsoft/BuildingFootprints

Salut à vous,

Je partage avec vous une manière de contribuer (jardiner :slight_smile: ) que j’ai découvert récemment, dans le but de la faire connaitre et d’avoir d’éventuelles mises en garde/recommandations.

J’avais déjà pratiqué RapiD il y a quelques années, et je trouvais ça très pratique en lien avec Strava Heatmaps (mais la collaboration a cessé depuis).

Cette fois, j’ai testé avec intérêt le couple RapiD + Microsoft/BuildingFootprints.

Autant, dans certains territoires, les propositions sont complètement farfelues, autant dans les secteurs proches de chez moi, cette méthode m’a permis de rapidement ajouter des bâtiments nouvellement créés ou non cadastrés.

Une petite capture d’écran vaut mieux que 1000 mots, donc j’arrête ce laïus :
RapiD Buildings

1 Like

Bonjour Sylvain,

Cet outil hybride qui préfigurait déjà Overture (car Microsoft+Meta+ESRI) essaye de faire le pari de la massification.
Tu peux donc accepter ‹ A › [add] ou refuser ‹ D › [delete] une proposition.
Je confirme qu’il est très impressionnant et d’autres surprises sont à venir.

Oui, j’ai en effet fait le lien avec le sujet du moment :wink:

Va en Afrique vérifier que des bateaux sont interprétés comme des bâtiments sur certains lacs :-(.

Comme faisait remarquer Frederik Ramm, pas sûr qu’on veuille aider les intelligences artificielles pour connaître un hôpital ou un marché afin de mieux bombarder. Tu auras compris que je préfère me fier au cadastre et faire des relevés manuels quand le cadastre a trop de retard.

Et côté « reconnaissances » par Bing à côté de chez moi je vois considérés comme « bâti » des conteneurs utilisés lors de la création d’une route inaugurée en 2020. Le cadastre et l’imagerie Maxar permettent de faire un travail de qualité, eux (plus à jour et pas d’assimilation abusive).
Je vois aussi une route prolongée. Bien. Sauf qu’ils la prolongent au-delà de la partie publique, alors que l’ortho et le cadastre lèvent l’ambiguïté.
Overture, ce sont des données validées et non de qualité, ce n’est pas le but. Le but semble plus de tailler des croupières à Gogol et on connaît l’imprécision de ses cartes.

Les données générées par Microsoft (Bing est le nom du moteur de recherche) sont des remontées liées à l’état de l’art 2022. Notre utilisation validante (A comme ‹ add ›) ou réfutante (D comme ‹ delete ›) des objets proposés à intégrer permet progressivement d’affiner la fiabilité.

J’ai toujours eu comme position de considérer que toute émergence au bénéfice d’un tiers lieu de confiance (dans notre cas OSM) est bienvenue.

Les militaires n’ont pas besoin de la cartographie participative pour cibler les infrastructures clés (aujourd’hui principalement de type réseau et infrastructure). C’est une attitude naive et surtout orgueilleuse de notre part si nous pensons cela. En revanche pour avoir discuté avec un responsable international de la logistique de la Croix-Rouge internationale, avoir une cartographie fine permet d’évaluer le niveau de mobilisation à engager, les dégats à réparer…
A nous de choisir où mettre le curseur.

Il y a du pour et du contre… entre autres :

  • le pour:
    • oui, cela facilite le repérage de bâtiments manquants et à améliorer OSM
  • le contre:
    • nos contributions servent à entraîner des modèles d’IA fermés non réutilisables
    • qualité des géométries… à comparer à celles du cadastre
    • faux positifs en tous genres

c’est hors champs odbl donc, les modèles d’IA (aucune idée de ce que c’est) ne sont pas des bases de données…
Il n’en reste pas moins que ces modèles doivent à minima faire référence à la source des données non ?

Oui, je sais que c’est hors champ ODbL, je pose juste la question de savoir si on a envie d’aider à l’entraînement de modèles fermés ou pas.

Cet entraînement renforce ces acteurs et la dépendance qu’on se crée.

On l’a vu avec la détection d’objets (panneaux, etc) dans Mapillary… nous avons très largement aidé à l’entraînement initial, et maintenant une des raisons pour lesquels certains acteurs préfèrent continuer avec Mapillary, c’est ce service de détection d’objet…

Nous répondrons présents pour les nouveaux émergeants.
Il reste comme tout outil et moyen de locomotion, on a beau aimer le vélo, l’avion s’avère bien utile lorsqu’il y a de longs kilomètres à parcourir :wink:

1 Like

Désolé je ne comprends rien à ta reponse

1 Like

C’est une manière de dire que si OSM est un 1/3 lieu de confiance, tout le monde est bienvenu d’une part et à chacun d’user et d’abuser des outils selon les usages et bsoins en terme de productivité (si cela est nécessaire) et plaisir de contribuer.