Ski hors piste / ski de rando - Comment mappez-vous?

Quand je travaille sur le style de la carte visible sur Opensnowmap.org, je suis toujours emprunté pour le ski hors-piste et comment interpréter les tags. En plus, je suis un skieur de fond, donc j’y connais au final pas grand-chose.

En plus, aujourd’hui des stations laissent des pistes sans damage afin de faire profiter leurs skieurs de la poudreuse, et j’entends même que certaines passent le ratrak sur les montées d’accès à des itinéraire de ski de rando très populaires.

Alors cela n’aide pas à faire la différence entre les pratiques, aussi dans un domaine ou certains itinéraires pourraient être considéré trop subjectifs ou limite pour être cartographiés sur OSM.

C’est pourquoi je lance une petite enquête pour savoir comment vous mappez ces pistes.

A votre tour, comment mappez-vous :

  • A well-known (specialized maps, topos, …) alpine skitour ascent you ride under your own liability
  • A well-known (specialized maps, topos, …) alpine skitour descent you ride under your own liability
  • A well-known (specialized maps, topos, …) unprepared cross-country-skiing itinerary (rather flat terrain, large nordic skis sufficient)
  • An official, secured and patrolled downhill piste shown in the resort skimap, however unprepared (ungroomed) on purpose
  • A skitour ascent, ungroomed, but managed and secured by a resort
  • A skitour descent ungroomed, but managed and secured a by a resort
  • A groomed skitour ascent, managed, secured and patrolled by a resort
  • A ski-mountaineering event trail
  • A well known run you saw a freeride competition video on the web
  • Your backyard favorites runs you share with a half dozen of friends
  • Something else ?
  • A well-known (specialized maps, topos, …) unprepared cross-country-skiing itinerary (rather flat terrain, large nordic skis sufficient)

Alors celles-ci, je mets piste:type=nordic, piste:grooming=backcountry, et piste:difficulty= selon les définitions du wiki pour le ski nordic.
Les autres, j’en ai jamais mappées.

… avec toutes les questions que cela pose :

  • en termes de partage de tracé lorsqu’il y a un chemin d’été au même endroit
  • en termes de gestion du nom si on partage un way (si le nom est différent de celui du chemin d’été)
  • en termes de gestion du nom et d’autres attributs lorsque l’itinéraire de ski comporte plusieurs chemins.

Pour ma part je ne crée jamais d’itinéraires de ski mais je suis amené à en modifier lorsque je crée des itinéraires pédestres. Ma pratique est la suivante :

  • supprimer les ways qui partagent tous leurs noeuds, et les remplacer par un unique way qui porte tous les tags, avec un piste:name si nécessaire
  • partager un way plutôt qu’avoir deux ways indépendants, quand la topographie du terrain est claire à ce sujet
  • créer une relation comparable à celles utilisées pour les autres modes de randonnée, lorsque je suis amené à redécouper les ways (mais je ne le fais pas systématiquement je crois)

Et je ne sais pas si ce que je fais est bien…

Alors tout d’abord merci pour ce hors-sujet très intéressant :rofl:
Sérieusement, je fais comme toi si je t’ai bien compris, à savoir fusionner les tracés communs.

Je ne sais pas si c’est un hors sujet, car ce que je sais c’est que je suis nerveux quand je touche à des objets créés pour le ski de rando. Ca n’est pas étanche.

Je ne sais pas si ma réponse est très intéressante, mais à titre personnel, grand pratiquant de ski de rando depuis pas mal d’années, je ne mappe pas tout ce qui est ski de randonnée (tout comme les itinéraire d’alpinisme hors approche tracée). Je considère que c’est trop flou : décider de ce qu’est un itinéraire de ski de rando est trop réducteur, même sur un itinéraire classique (je suis Grenoblois, prenons un exemple très connu : la Cime de la Jasse), les possibilités de variantes sont assez nombreuses pour que l’on ne puisse pas réduire l’iti à un tracé. C’est même toute l’essence du ski de rando !

est-ce que ça n’est pas comme les massifs ou les chaînes de montagne, des trucs qui n’ont de sens qu’à une échelle assez grossière ? Comme la plupart des pistes de ski de descente, en fait…

Si, au contraire ! Merci pour ce retour.

Je partage le choix de gottferdom : je fais du ski de rando depuis plusieurs années et tout naturellement je me suis posé la question d’ajouter les tracés sur Openstreetmap que je réalisais, sans doute par volonté de mimiquer les cartes IGN bien connues qui indiquent par un trait bleu les « itinéraires de rando ».
Ne voulant pas lui voler son exemple, je vais rester en Savoie où j’habite pour la course du petit/grand Arc : Il s’agit d’un immense flan de montagne, où, l’on pourra argumenter qu’il est quasi totalement skiable (selon les conditions). Dès lors, choisir arbitrairement un tracé linéaire de lui rend pas justice : le ski de rando est difficilement transposable depuis une piste de station : pas de limites, pas de balisage.
Le wiki pour piste:type=skitour propose de renseigner « A recommended ski tour way or area that is generally used by many skiers » mais on sent bien la subjectivité, c’est combien many ?

Un temps, j’ai été tenté de tracer sous forme de surfaces, mais ça revenait par endroit à couvrir toute la montagne ! Bref, j’ai laissé tombé, la dépendance aux conditions s’ajoutent à tout ça. Si la neige n’est pas présente jusqu’en bas, le tracé n’a que peu d’intérêt. Et au final, merci skitour.fr c’est là qu’on trouvera les dernières infos d’enneigement par des gens l’ayant parcouru récemment.

Alors pour finir, ce qui est « organisé » par la station, avec secteur défini, damé, indiqué, là oui, pour le reste, j’ai abandonné la cartographie.

Je prêche pour ma paroisse au passage :innocent: : n’oublions pas https://www.camptocamp.org assez similaire à skitour avec un scope plus large (escalade, alipinisme…), et surtout une philosophie plus proche du libre, ça peut compter pour les personnes impliquées avec OSM (@sly tu es bien l’auteur de refuges.info, non ?).

Concernant les tracés bleus IGN, il faut voir aussi leur qualité. Bien qu’ayant à l’époque (!) été créés il me semble en collaboration avec Volodia Shahshahani, de nombreux tracés sont faux ou fantaisistes. Parce que les conditions évoluent (notamment glaciaires), ou simplement que le tracé est trop grossier, et on a déjà vu des personnes plus ou moins novices les suivre aveuglément comme référence et connaitre de petites galères.

Pour c2c, tout à fait la diversité, c’est bien. Mon illustration des cartes IGN avec tracés bleus, c’est que ça peut donner envie de faire pareil (l’IGN étant quand même une sacrée référence en montagne) mais que dans les faits, c’est pas super utilisable, parfois plus d’actualité.
J’ai une anecdote qui semble prouver que les bouleaux poussent plus vite qu’IGN ne met à jour ses tracés ski de rando :wink:

refuges.info : yes, c’est moi :wink: mais on est plusieurs à développer sur le site

Bonjour. Sujet très intéressant.
Alors je n’ai pas d’avis tranchés : Comme la majeur partie des réponses, avoir un itinéraire précis ne sert à rien en ski de rando. Le parking, le sommet et le lien sur les topos du coin semble le mieux.
Néanmoins quelque chose comme les traits bleu d’IGN à certains avantages, notamment de savoir rapidement les cols qui permettent en ski de basculer des deux cotés.
Enfin, il y’a certains cas ou je pense la cartographie sur OSM à toute sa place, c’est le cas pour les itinéraires ski de rando qui commencent à se développer dans les domaines skiables. L’exemple de ce qui est tracé sur OSM à La Sambuy à pour moi toute sa place. Ca permet de savoir rapidement ou est le passage ski de rando sans aller sur les pistes interdites.

Bonjour,
Pratiquant je ski de randonnée, je m’étais posé la question.
Dans les faits, un itinéraire de ski de randonnée n’a pas vraiment de matérialisation sur le terrain. Et comme dit plus haut par @gottferdom, de nombreuses variantes sont possibles.
Plutôt d’accord avec @bagnolais, je pense que les seuls à cartographier sont les itinéraires très balisés entretenus par les stations de ski.

Reste à savoir comment les différencier dans OSM, l’attribut ‹ patrolled › reste rare. Je devrais peut être le promouvoir sur Opensnowmap.

En effet, il faudrait cartographier uniquement les itinéraires balisés par les stations et pourquoi pas certains itinéraires qui sont vraiment très connus.
Après baliser les descentes de ski de randonnées, pourquoi pas et nous pourrions les indiquer par piste:type=downhill et piste:difficulty=freeride tout simplement.