Strava et calage imagerie

Salut, je suis un peu hors sujet avec ma question mais en quoi Strava permet-il de départager qui est décalé entre Bing et le cadastre ?

Je veux dire c’est une méthode éprouvée ? Pour ma part c’est la première fois que j’entends parler de Strava et tu m’a même fait découvrir qu’il y avait deux couches disponibles dans JOSM.

Cela m’intéresse, car sur la commune que j’ai mappé, en fonction de la zone, les décalages ne sont pas les mêmes entre Bing et le Cadastre. J’ai bien sûr des traces gps récoltées grâce à mon téléphone mais bon… gps de smartphone quoi… la marge d’erreur est assez importante, en tout cas suffisamment pour que ça ne me permette pas de savoir qui de Bing ou du Cadastre et décalé.

Il y a bien les repères IGN, mais comme je vous le disais, d’une zone à l’autre de la même commune, ces repères ne tombent pas tous juste aussi bien sur Bing que sur le Cadastre même en essayant de rectifier le décalage des deux couches… si je me cale sur un repère, sur un autre je vais accentué le décalage…

C’est comme si il y avait une déformation de l’image, pour Bing je peux le concevoir, agrégation d’images avec peut être une légère modification de l’angle de prise de vue… Mais pour le cadastre, qui est un dessin vectoriel, je comprend pas trop.

Bref Strava, jusqu’à quel point c’est valable ?
[J’ai coupé le sujet] Gendy54

Une petite explication…

La base de données OSM prends en compte immédiatement ce qu’on envoie, mais juste la base.
Ensuite, pour tout ce qu’on fait avec ces données (fonds de carte, recherches d’adresse, calculs d’itinéraire, etc) il faut que les serveurs qui fournissent ces services mettent à jour leur données. Certains le font très vite, d’autres moins souvent.

Sur le site openstreetmap.org, les différents calculs d’itinéraires proposés sont faits par des services externes (OSRM, Graphopper, etc) et leur fréquence de mise à jour est variable d’un service à l’autre, d’où ce décalage par rapport à tes corrections.

Hello,
oui c’est ce que j’ai cru comprendre avec les explications de Jabali :slight_smile:

Bref Strava, jusqu’à quel point c’est valable ?

Strava, n’est que une source de traces GPS avec toutes leurs imprecisions.
Une trace, c’est toujours une info mais à prendre toujours avec un oeil critique.

Mais lorsque les traces sont nombreuses et arrivent à former un faisceau très dense, on peut considérer sans pb que la médiane du faiseau est la position exacte.
L’intérêt de Strava réside seulement dans la très grosse quantité données de traces, bien supérieure à celle interne d’OSM.

Mais pour le cadastre, qui est un dessin vectoriel, je comprend pas trop.

Le cadastre est vectoriel, mais cela ne préjuge pas sur la qualité de sa geolocalisation.
Perso, J’ai observé 2 types d’imprécisions fréquentes sur le cadastre.
1- une planche est simplement mal calée et on observe un décalage ± constant sur toute la planche et brusquement cela redevient bon sur une planche adjacente.
Pafois un village entier est OK avec Bing et le village contigu est complètement décalé.

2- La position et l’orientation des batiments à l’intérieur des parcelles est imprécise voir fantaisiste.
Il est impossible de caler un batiment sans décaler les autres.
Dans les zones rurales cela peut venir de vieux relevés pas vraiment top-top qui n’ont pas éte remis à jours ou tous simplement que le batiment n’a pas éte construit exactement à l’emplacement prévu dans le permis de constuire.

Ici, un village parfaitement quadrillé en traces GPS nombreuses et concordantes avec l’imagerie aérienne permet de lever l’ambiguité.
(LAMANON est un bon exemple)

Bing ,lui, est surtout sujet à des cisaillement-déformations très localisées souvent invisibles, surtout en zones de relief prohéminent, et ce, de façon complètement aléatoire donc dur à prévoir.

Un exemple classique est une église sur un promontoire avec un repère géodésique.
à cause du promontoire, Bing est faux et on croit bien faire en recalant l’église sur le point géodésique avec un recalage global de Bing . Mais du coup, tout le reste du village en contrebas qui lui était bien calé est maintenant décalé.

Seule les traces GPS en bas dans le village permettent d’identifier le PB et de l’éviter. ( de ne recaler donc que l’église)

On en revient donc sur Strava qui avec son énorme base de trace est actuellement indispensable pour confirmer, infirmer, affiner le traçage sur OSM.

Ok, merci !

Par contre la fiabilité des traces repose bien l’utilisation de la plateforme par les sportifs en herbe non ?

On peut imaginer que dans les agglomérations effectivement il y a aura plus d’utilisateurs donc plus de traces et si ces traces passent toutes au même endroit,la trace médiane peut effectivement signifier quelque chose… par contre les runners courent à priori sur les trottoirs, et les cyclistes sur le bord de la chaussée ou sur une piste cyclable… Je pinaille je sais !

Par contre dans les zones moins dense, sur ma commune par exemple je me pose la question de la fiabilité. Il y a des traces, enfin des points plutôt qui à petite échelle donnent l’illusion de lignes. D’une je me demande d’où sortent ces traces, il y a bien quelques coureurs ou des cyclistes du dimanche mais je serais surpris qu’ils utilisent Strava et surtout les routes couvertes me paraissent suspectes (des “grands” axes, connaissant le coin ça ne me parait pas être les endroits les plus cool pour ce genre d’activités)

Mais bon c’est toujours bon à connaitre, c’est un outil de plus et on va pas s’en priver.

On peut imaginer que dans les agglomérations effectivement il y a aura plus d’utilisateurs donc plus de traces et si ces traces passent toutes au même endroit,la trace médiane peut effectivement signifier quelque chose… par contre les runners courent à priori sur les trottoirs, et les cyclistes sur le bord de la chaussée ou sur une piste cyclable… Je pinaille je sais !

non pas du tout
C’est une des limites de Strava. Comme de toute trace GPS en fait.
Un flux de trace GPS ne signifie pas nécessairement un way (au sens OSM)
Ce peut être simplement le cheminement régulier un jogger hors sentier.
Par contre en terrain connu, ou identifiable sur l’imagerie aérienne, elles peuvent confirmer le bon ou mauvais calage de Bing, Cadastre & co.
et aider à tracer un sentier en sous-bois par ex. (et ce même si on à une trace perso -qui peut aussi être aléatoire)

En fait. c’est ni plus ni moins la même chose pour les traces GPS de la base OSM.
Seulement Strava en propose un nombre bien plus important.