Walking papers ou Field papers ?

Bonjour à tous,

J’ai fait quelques ajouts et modifs autour de chez moi à Nantes, en utilisant OSM Tracker et un Walking Paper. Or je vois sur le Wiki (http://wiki.openstreetmap.org/wiki/JOSM/Plugins/WalkingPapers) que les Walking Papers sont remplacés par les Field Papers.

J’essaie donc de faire un field paper : l’interface pour créer l’atlas est sympa mais moins complet : seul le format de papier Letter est disponible, pas de A4 ni de A3 comme sur les walking papers. Mais surtout ‘uploader’ le field paper ne marche pas, bien que scanné à 300 dpi : “giving up” me dit le serveur.

Qu’est-ce que vous conseillez : walking papers ou field papers ?

Merci d’avance,
Antoine.

Bonjour et bienvenu !
Je suis Nantais également… bon je mappe plus sur le secteur, mais je suis de loin les modifs. Je ne te répondrai pas sur les “walking paper like”, je n’utilise pas, mais il me semble que le Walking paper original n’est pas en forme.

Je ne comprend pas : tu édites avec JOSM et iD, alors pourquoi t’embêter à uploader tes notes ?

Bruno

Merci Bruno.

Pourquoi uploader mes notes ? Bah, pour tester les outils disponibles. Je me dis que çà peut être pratique …
Je reste intéressé par l’avis des uns et des autres sur le choix walking papers / field papers.

Antoine.

Autant j’en ai imprimé des walking-papers ou field-papers, autant la fonction d’upload m’a semblé être finalement un gadget.

Ce que l’on note sur ces “papers” est bien une prise de note. La précision de position sur le papier est rarement suffisante, c’est souvent à l’aide des images aériennes qu’on arrive à correctement positionner ce qu’on a noté approximativement sur le papier.

Depuis, je suis passé aux photos géoréférencées. C’est une prise de note ultra complète et rapide, avec une position là aussi approximative que j’affine avec les images aériennes. JOSM permet d’utiliser directement les photos dans l’éditeur. A essayer d’urgence !

Avantage: smartphone toujours dans la poche, aucune préparation nécessaire avant de mapper… donc parfait pour le mapping “compulsif”
Inconvénient: GPS + appareil photo, ça bouffe la batterie bien vite… mais une petite batterie externe USB règle le problème pour quelques dizaines d’€

http://wiki.openstreetmap.org/wiki/Photo_mapping

Ok merci, çà m’aide à faire le tri dans les outils.
Bien d’accord que OSM Tracker + JOSM c’est bien pratique.
Antoine.

Bonjour à tous,

Je vais très certainement poser une question toute bête mais j’aimerai utiliser la technique de cquest à savoir :

Toutefois, j’aimerai surtout pouvoir récupérer les données de géolocalisation pour pouvoir les intégrer dans un fichier .csv en vue de libérer ces données sur un portail opendata… Je suis fonctionnaire territorial dans une collectivité d’environ 25.000 habitants et nous souhaitons ouvrir des données géolocalisées grâce un smartphone sous Android (moyens limités… C’est la crise :wink: )

Je ne sais par où commencer en sachant que j’ai téléchargé OSMTracker ainsi que SMART (https://sites.google.com/site/wikismartproject/home). Ce dernier a tendance à planter en cours de route. Quant à OSMTracker, je ne sais trop comment l’utiliser.

Avec mes remerciements anticipés pour votre aide…

Un oeil sur cet article wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Géotag

Je pense qu’avec un peu de recherche, on doit pouvoir trouver plus d’outils d’extraction en masse des geotags de photo.

Bonjour,

La méthode de cquest est très pratique pour intégrer des infos dans OpenStreetMap.
OSM Tracker est bien suffisant : Tout ce qu’on lui demande, c’est enregistrer la trace GPS. (*)

Dans le même temps, tu prends des photos de ce qui t’intéresse, soit avec le smartphone, soit avec un appareil photo numérique classique.
De retour à l’ordinateur, l’éditeur JOSM sait faire la liaison entre la trace GPS (positions + horaire correspondant) et l’heure exacte de la prise de vue (à corriger si nécessaire). Une fois les pendules mises à l’heure, les photos apparaissent au bon endroit, ce qui aide bcp à la contribution.

Une fois ces infos renseignées et enregistrées dans OSM, tu peux les extraire de manière thématique, par exemple en utilisant un outil comme Overpass Turbo
Overpass Turbo fournit des données au format Json qu’il est ensuite possible de convertir au format .csv

(*) un GPS de rando … voire un GPS de voiture peut faire l’affaire, à condition qu’il soit capable d’enregistrer une trace, ce qui peut nécessiter un peu de bidouillage.

Merci à vous pour vos réponses.

La récupération des geotags est parfaitement envisageable effectivement… C’est cette méthode que je vais utiliser car certaines données que nous allons géolocaliser n’ont, à mon sens, pas besoin d’exister dans OSM comme par exemple les emplacements des horodateurs… Quoique !!! Par la suite, nous allons devoir géolocaliser nos éclairages publics, voire nos différentes essences arboricoles dans les jardins publics…

Pour ce qui est d’Overpass turbo… Waouh, faut maîtriser un minimum les tags et autres attributs. Je suis encore novice et j’ai besoin d’un peu de pratique. En tout cas, c’est à étudier.

Tu ne mentionnes que des éléments physiques, vérifiables sur le terrain. Dans le principe, rien n’empêche leur description dans OSM.
Fouine dans le wiki du projet et tu trouveras sans doute des possibilités de description assez fouillées, qui peuvent satisfaire ton usage :

Pour l’éclairage urbain, les pages suivantes vont du plus simple au plus détaillé :
http://wiki.openstreetmap.org/wiki/Key:lit - associé à la voirie
http://wiki.openstreetmap.org/wiki/Tag:highway%3Dstreet_lamp
http://wiki.openstreetmap.org/wiki/Proposed_features/lamp

La dernière page n’est pas formellement validée par la communauté.

Pour les parcmètres, selon http://wiki.openstreetmap.org/wiki/Key:vending
amenity = vending_machine
vending = parking_tickets

Pour les essences arboricoles : http://wiki.openstreetmap.org/wiki/Key:species
natural = tree
species = nom-de l’espèce-en-latin
species:fr = nom-de l’espèce-en-français

Si tu penses que l’envoi dans la base OSM n’est pas souhaitable, mais que la méthode d’ajout des infos t’est pratique, tu peux t’en tenir à contribuer dans JOSM dans un fichier local, sans envoi vers les serveurs.

Merci pour ce complément d’info. Effectivement, le wiki regorge de descriptions pour les mobiliers urbains, les places de parking… J’ai déjà été jeté mon oeil.

Sur ce point précis, je suis preneur d’info, de tutos… ça peut m’intéresser d’utiliser un fichier local mais alors dans ce cas, comment je procède, comment je récupère mes données en format ouvert (csv ou gpx ou text…) pour les mettre à dispo sur un portail opendata ??

Le mieux, c’est de se jeter à l’eau avec JOSM, créer un calque de données au dessus des données de la base OSM.
Dans ce calque, ajouter les points d’intérêt. Sauver le calque en tant que fichier indépendant.

Je viens de trouver un fil de discussion (*) où il est conseillé de faire un “Enregistrer sous …” avec le format geojson.
Car ensuite il y a des outils de conversion sur le net qui sauront produire assez facilement du .csv sur cette base.

Pour la conversion d’un fichier .osm en .csv il y a également l’outil osmconvert (**)

Bonne journée

(*) https://lists.openstreetmap.org/pipermail/newbies/2014-March/007536.html
(**) http://wiki.openstreetmap.org/wiki/Osmconvert#Writing_CSV_Files